Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

MIGRAINE réfractaire : La kétamine efficace aussi ?

Actualité publiée il y a 1 année 3 jours 17 heures
Regional Anesthesia and Pain Medicine
Mieux connue aujourd’hui pour son efficacité contre la dépression réfractaire, envisagée pour réduire les traumatismes cérébraux ou réduire l’alcoolodépendance, la kétamine, de surcroît sous forme de spray nasal, pourrait également être une option prometteuse contre la migraine  (Visuel Adobe Stock 284827819)

Mieux connue aujourd’hui pour son efficacité contre la dépression réfractaire, envisagée pour réduire les traumatismes cérébraux ou réduire l’alcoolodépendance, la kétamine, de surcroît sous forme de spray nasal, pourrait également être une option prometteuse contre la migraine réfractaire aux traitements standards. C’est la conclusion de cette étude menée à l’Université de Philadelphie ( Pennsylvanie) présentée dans la revue Regional Anesthesia and Pain Medicine, qui relève néanmoins les dangers de sa surutilisation.

 

La kétamine prise sous forme de spray nasal est malgré tout décrite comme un traitement sûr et efficace pour la migraine chronique réfractaire. Le spray nasal est sans aucun doute une alternative plus pratique que la perfusion intraveineuse, la méthode d'administration habituelle pour ce composé. Enfin, ce n’est pas la première étude à suggérer que la kétamine est efficace dans cette indication, mais son administration par perfusion nécessitait l'intervention d'un spécialiste de la douleur pour ajuster la dose et surveiller les effets secondaires, limitant ainsi sa dispensation en établissement de soins. Enfin, c’est la première démonstration d’efficacité de la kétamine en spray, contre les maux de tête réfractaires, dont la migraine et l'algie vasculaire de la face.

Efficacité mais risque de dépendance

L’étude examine en fait toutes les données d’effets de la kétamine en spray nasal chez 242 participants migraineux, âgés en moyenne de 44 ans dont 169 ont été interrogés et évalués. La plupart (68 %) des participants souffraient de maux de tête quotidiens et 85 % avaient essayé plus de 3 types de médicaments et en utilisaient actuellement environ 2.

Les motivations d’essayer le spray de kétamine comprenaient essentiellement des réponses partielles aux analgésiques et aux médicaments préventifs, les preuves d’efficacité existantes de la kétamine intraveineuse mais la réticence vis-à-vis de la perfusion intraveineuse.

L’expérience révèle que :

 

  • 25 % et 28 % des participants ont reçu un spray nasal de kétamine avant et après une perfusion intraveineuse de kétamine respectivement ;
  • 47 % n'ont jamais reçu de kétamine intraveineuse ;
  • 49 % des participants déclarent que le spray est très efficace ;
  • 39,5 % déclarent que le spray est plutôt efficace ;
  • 35,5 % déclarent que leur qualité de vie est significativement améliorée ;
  • vs les autres médicaments visant à soulager les symptômes de migraine, 43 % des participants jugent le spray nasal de kétamine bien plus efficace ;
  • 29,5 % « un peu plus efficace » ;
  • 75 % déclarent moins d'analgésiques lorsqu'ils utilisaient un spray nasal à la kétamine. Au moment de l'entretien, près des deux tiers (65%) utilisaient encore le spray.
  • 74 % signalent au moins un effet secondaire avec les sprays de kétamine, dont la fatigue et la vision double/floue, des effets cognitifs légers, dont une confusion et une dissociation, des rêves intenses et des hallucinations. Pour la plupart, ces effets sont temporaires.

 

Quelques limites : les chercheurs précisent que la plupart des participants de l’étude utilisaient le spray avec d'autres médicaments, ce qui rend difficile l'évaluation du bénéfice thérapeutique spécifique à la kétamine en spray, cependant son effet déclaré de réduction de la douleur et d’amélioration de la qualité de vie suggèrent ce bénéfice.

 

A ce jour, le spray nasal à la kétamine n'a pas été officiellement approuvé pour les maux de tête ou la douleur. Le risque de dépendance devra être pris en compte, ajoutent les chercheurs : « certains patients peuvent ne répondre qu'à la kétamine par spray intranasal répété, tandis que d'autres peuvent en abuser. D'autres essais cliniques sont nécessaires non seulement pour confirmer les résultats mais préciser les conditions d’usage (ou posologie) du traitement ».

Plus sur le Blog Neuro

Autres actualités sur le même thème