Actualités

MUCOVISCIDOSE : Stopper sa progression dès l’enfance

Actualité publiée il y a 2 mois 1 semaine 4 jours
American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine
C'est la confirmation de l‘efficacité d’une nouvelle thérapie médicamenteuse combinée, qui traite les défauts moléculaires sous-jacents de la maladie, chez les enfants d'âge scolaire primaire (Visuel Adobe Stock 254908648)

Cette équipe de la Charité - Universitätsmedizin Berlin confirme ici pour la première fois, l‘efficacité d’une nouvelle thérapie médicamenteuse combinée, qui traite les défauts moléculaires sous-jacents de la maladie, chez les enfants d'âge scolaire primaire, atteints de la maladie. Ces nouvelles données d’efficacité -et d'innocuité-, publiées dans l’American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine ouvrent l’espoir d’enrayer de manière précoce, chez l’Enfant d'âge scolaire, la progression de la maladie.

 

La mucoviscidose reste une maladie génétique incurable qui altère la fonction pulmonaire et réduit considérablement l'espérance de vie. Cependant, une nouvelle thérapie médicamenteuse combinée qui traite les défauts sous-jacents de la maladie a été documentée comme prometteuse chez les patients adultes et adolescents. L’équipe allemande confirme ici l’intérêt de ce schéma thérapeutique pour les enfants d'âge scolaire.

 

Caractérisée par l'accumulation de mucus épais et collant, la mucoviscidose est la maladie génétique mortelle la plus courante. Un défaut dans le canal ionique CFTR (qui se trouve à la surface des cellules épithéliales des voies respiratoires et transporte le sel et l'eau) perturbe l'équilibre hydrique normal, entraînant ce mucus très visqueux. Cette « fibrose kystique » altère principalement les poumons, qui sont obstrués et deviennent ainsi moins efficaces à éliminer les agents pathogènes. Le résultat est une infection chronique et une inflammation des voies respiratoires et une fonction pulmonaire progressivement altérée. Dans les cas graves, une greffe de poumon peut être nécessaire. Aujourd'hui, grâce à l'amélioration des traitements symptomatiques, l'espérance de vie moyenne est d'environ 55 ans.

 

Il existe aujourd’hui des médicaments qui ciblent non seulement les symptômes de la maladie, mais également ses défauts moléculaires sous-jacents en améliorant la fonction des canaux CFTR - connus sous le nom de modulateurs CFTR. Ces médicaments ne sont disponibles que depuis quelques années.

Traiter la cause soit le défaut sous-jacent du canal CFTR

Chez environ 90 % des patients atteints de mucoviscidose, le défaut sous-jacent du canal CFTR est causé par un défaut spécifique du gène CFTR connu sous le nom de mutation F508del. Une trithérapie associant trois modulateurs CFTR (elexacaftor, tezacaftor et ivacaftor) est disponible en Europe depuis août 2020. Chez les patients porteurs d'une copie de la mutation F508del, cette trithérapie peut restaurer la fonction des canaux ioniques à environ la moitié du niveau normal, produisant des améliorations notables de la fonction pulmonaire et de la qualité de vie.

 

Cette trithérapie est « une étape importante dans le traitement de la mucoviscidose », explique l’auteur principal, le Dr Marcus Mall, chef du Service de médecine respiratoire pédiatrique, d'immunologie et de médecine de soins intensifs de la Charité. « Malheureusement, jusqu'à présent, ce traitement n'était accessible qu'aux patients âgés de 12 ans et plus. En effet, traditionnellement, les nouveaux médicaments sont d'abord testés chez l'adulte.

 

Administrer ce traitement curatif le plus tôt possible dans l'évolution de la maladie afin d'éviter des lésions pulmonaires irréversibles. Cela n’était possible qu’en débutant le traitement dès l'enfance. L’équipe démontre ici que cela peut être fait à la fois en toute sécurité et avec beaucoup d’efficacité chez l’enfant d’âge scolaire. L’évaluation des effets de cette trithérapie chez 121 enfants atteints de mucoviscidose, âgés de 6 à 11 ans, porteurs d’au moins une copie de la mutation F508del, montre que :

 

  • le traitement améliore considérablement la fonction du canal CFTR, améliorant ainsi la fonction pulmonaire et la qualité de vie des enfants. Le profil de sécurité global et la tolérance sont également confirmés, avec chez les enfants participants, des effets secondaires comparables à ceux observés chez les patients plus âgés.

 

Un grand espoir donc, de pouvoir stopper dès l’enfance, et chez ce groupe d’enfants porteurs de la mutation F508del, la progression de la maladie.

Autres actualités sur le même thème