Actualités

OBÉSITÉ : Des biais de comportement des professionnels de santé ?

Actualité publiée il y a 9 mois 3 jours 1 heure
Obesity
Les professionnels de santé ont-ils toujours les mêmes comportements face à des patients en surpoids ou souffrant d’obésité ? (Visuel Adobe Stock 185411446)

Les professionnels de santé ont-ils toujours les mêmes comportements face à des patients en surpoids ou souffrant d’obésité ? Cette étude d’une équipe de cliniciens de la Curtin University (Perth, Australie) aboutit à des résultats mitigés sur la nature et la fréquence des comportements biaisés des professionnels de la santé envers les patients en surpoids/obésité. Des attitudes implicites et explicites, décrites dans Obesity, la revue de l’Obesity Society. L'objectif des auteurs est clair, s'efforcer d’apporter des soins de la plus haute qualité aux patients, quel que soit leur poids.

 

Il s’agit de la première méta-analyse des écarts de comportement, implicites et explicites chez les professionnels de santé, face au surpoids des patients, des attitudes « présentes dans de nombreux établissements de santé », écrivent ces chercheurs australiens. « Il reste important que les cliniciens et les soignants aient conscience que leurs attitudes peuvent affecter la délivrance et la qualité des soins apportés à ces patients en surpoids ou obèses », précise l’auteur principal, le Dr Blake Lawrence, chercheur affilié à différents instituts.

« Les patients atteints de surpoids et d'obésité comptent sur vous »,

écrivent les auteurs à leurs collègues, « ces patients ont besoin de conseils, et la qualité de la relation patient-soignant est de la plus haute importance pour une perte de poids réussie et à long terme et pour l’amélioration des résultats de santé ».

 

Cet examen de la littérature sur le sujet, mené à partir des grandes bases de données a analysé plus de 40 études portant sur 12.818 professionnels de santé, dont 17 apportant suffisamment de données pour l’analyse finale. Cette analyse montre que :

 

  • la plupart des professionnels de la santé présentent un biais de comportement implicite par rapport au poids des patients ;
  • un biais de poids explicite (tel qu’évalué par des échelles : Fat Phobia Scale, Antifat Attitudes Scale et Attitudes Towards Obese Persons Scale) ;
  • des écarts de comportements sont ainsi confirmés par les différentes études analysées, quelle que soit la profession ou la spécialité, chez des médecins, les infirmières, les nutritionnistes-diététiciens, les kinésithérapeutes et « même » chez les psychologues ;
  • des préjugés selon lesquels les personnes en surpoids ou obèses sont paresseuses, incompétentes, manquent de volonté et d'autodiscipline, ne sont pas motivées pour améliorer leur santé, avec des conséquences graves pour ces personnes : la dépression, l'anxiété, la consommation de substances ou des pensées suicidaires ;
  • une discrimination : quel que soit leur indice de masse corporelle (IMC), les adultes qui subissent une telle discrimination présentent un risque de décès accru de 60 % ;
  • mais, globalement, en dépit du nombre de critères de jugement (plus de 25) utilisés pour mesurer le biais des comportements face au poids corporel, la qualité globale des preuves est finalement jugée très faible : la plupart des études « ne rapportent pas suffisamment de données psychométriques pour confirmer leur fiabilité ou leur validité ».

 

C’est donc une tendance plus qu’un constat objectif de biais de comportement des professionnels de santé face aux patients en surpoids ou en obésité, qui se dégage de cette analyse. Cependant, en regard de la prévalence croissante de l’obésité, et des comorbidités associées, le sujet mérite d’être mieux étudié. Les auteurs appellent donc à définir un cadre théorique permettant une mesure globale du biais de comportement dans toutes les disciplines de santé, face aux patients en surpoids : il s’agira d’élaborer un questionnaire qui permettra un score de biais de comportement face au poids, mais aussi explorer les interventions possibles pour réduire les biais de comportement face au poids dans les établissements de santé.

 

« La sensibilisation est une première étape importante dans la lutte contre ces biais de comportement, qui peuvent affecter la qualité des soins apportés aux patients ».  

Autres actualités sur le même thème