Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

OBÉSITÉ et GROSSESSE : Ses effets néfastes chez les garçons à naître, amplifiés par les androgènes

Actualité publiée il y a 4 mois 1 semaine 6 jours
Life Sciences
De multiples études ont alerté sur les effets néfastes de l’obésité maternelle avant et durant la grossesse sur la santé des enfants à naître (Visuel Adobe Stock 484189038)

De multiples études ont alerté sur les effets néfastes de l’obésité maternelle avant et durant la grossesse sur la santé des enfants à naître. Cette équipe de l’University of South Australia (UniSA) révèle, dans la revue Life Sciences, que les garçons sont particulièrement vulnérables à ces conditions : Les hommes nés de femmes obèses sont plus susceptibles d'être en surpoids à la naissance et de développer des complications métaboliques plus tard dans la vie, dont des maladies du foie et le diabète.

 

Les hormones sexuelles mâles, impliquées dans les voies du foie en développement, seraient en partie responsables de cette vulnérabilité.

 

L’étude a examiné l’impact de l’obésité maternelle sur la signalisation des androgènes dans le foie du fœtus.

 

  • Les fœtus mâles des femmes enceintes obèses émettent différents signaux qui sont activés par les hormones sexuelles mâles dans le foie, et qui donnent la priorité à la croissance au détriment de la santé. Ainsi la recherche révèle que les androgènes confèrent aux hommes leurs caractéristiques masculines et sont cruciaux dans leur développement, mais, en cas d’excès, les fœtus mâles deviennent trop gros, ce qui entraîne des problèmes à la naissance, mais aussi des effets néfastes à long terme sur la fonction hépatique.
  • Les fœtus féminins exposés à un excès de testostérone suite à l’obésité maternelle sont programmés pour désactiver la voie des androgènes dans le foie, ce qui à la fois régule leur croissance et réduit le risque de troubles métaboliques à l’âge adulte.

La recherche explique ainsi

les différences entre les sexes de réponse métabolique à l'obésité maternelle,

à l’âge adulte, plus tard dans la vie. L’auteur principal, le Dr Janna Morrison, chercheur à l'UniSA ajoute : « Les hommes sont plus sujets aux stéatose hépatiques non alcooliques et au diabète à l’âge adulte si leur mère est obèse pendant la grossesse et si leur poids à la naissance est supérieur à 4 kg. En effet, ils sont génétiquement programmés pour donner la priorité aux androgènes, car cela favorise le développement des caractéristiques masculines - y compris la taille.

Mais trop d'androgènes est mauvais pour leur santé ».

En fin de compte, les chercheurs appellent à sensibiliser les couples à un régime alimentaire varié et équilibré, avant même la conception : « En tant que société, nous devons lutter contre l’obésité. Si les enfants apprennent très tôt l’importance d’une alimentation saine, les bonnes habitudes se poursuivent jusqu’à l’âge adulte, y compris pendant la grossesse, une période durant laquelle l’alimentation est importante ».

 

Et la supplémentation ? Les chercheurs y sont favorables, sur prescription, et en cas de déséquilibres nutritionnels avérés pendant la grossesse. Dans ces conditions, une supplémentation peut offrir au fœtus les meilleures chances de développement optimal.


Plus sur le Blog Obésité
Plus sur le Blog Pédiatrie
Plus sur le Blog Gynéco

Autres actualités sur le même thème