Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

OBÉSITÉ : IMC élevé et fragilité mentale

Actualité publiée il y a 1 mois 2 semaines 1 jour
PLoS ONE
Un IMC plus élevé est significativement associé à une moins bonne santé mentale (Visuel Adobe Stock 97743704)

Un IMC plus élevé significativement associé à une moins bonne santé mentale, en particulier chez les femmes, c’est la conclusion de cette étude menée par une équipe de l’University College Cork (Irlande) auprès d'adultes d'âge moyen et plus âgés, ajustée en fonction du mode de vie et des facteurs démographiques. Les conclusions, publiées dans la revue PLoS ONE, suggèrent d’inclure dans les interventions ciblées de gestion du poids, la prise en charge de la dépression et d’autres troubles de la santé mentale.

 

L'obésité et la santé mentale sont des problèmes de santé publique croissants. De précédentes études ont suggéré un lien entre l'augmentation de l'adiposité et la dépression et le bien-être ; Cette recherche suggère également que certains facteurs liés au mode de vie modulent la relation entre l’adiposité, la dépression ou le bien-être.

Une association significative entre l’IMC et les scores de dépression 

L’étude, transversale, est menée auprès de 1.821 participants âgés de 46 à 73 ans suivis en soins primaires. La dépression et le bien-être ont été évalués à l'aide d’échelles reconnues, et l’équipe a examiné les relations entre les scores obtenus de santé mentale et l'adiposité définie ici par l'indice de masse corporelle (IMC) et le rapport tour de taille-taille. L’analyse révèle :

 

  • une association positive entre l’IMC et le rapport tour de taille-taille et les scores de dépression ;
  • une association inverse significative entre l’IMC et le rapport tour de taille-taille et les scores de bien-être, chez les hommes et les femmes ;
  • ces associations valent toujours après prise en compte des facteurs de confusion possibles, dont les variables démographiques et les facteurs de mode de vie ;
  • la relation entre l'adiposité et la dépression apparaît plus marquée chez les femmes.

 

En conclusion, même s’il s’agit d’une étude d’association qui ne démontre pas de relation de cause à effet, les résultats suggèrent qu’une adiposité accrue est associée de manière significative à une moins bonne santé mentale, indépendamment des facteurs de mode de vie.

 

Avec des implications pour les interventions de perte et de gestion du poids.

Plus sur le Blog Neuro
Plus sur le Blog Obésité

Autres actualités sur le même thème