Vous recherchez une actualité
Actualités

OBÉSITÉ INFANTILE: Voir ses enfants en surpoids aggrave leur prise de poids

Actualité publiée il y a 2 années 10 mois 3 semaines
Psychological Science

On se souvient de cette étude de l’UCLA, publiée dans le JAMA Pediatrics qui alertait : Stigmatiser peut décourager tout effort anti-prise de poids et à 10 ans, « être traitée de grosse » par un parent ou un camarade, c’est un risque accru de 66% d’être obèse à 19 ans. Cette nouvelle étude confirme ce phénomène : Les enfants considérés en surpoids par leurs parents gagnent encore plus de poids. Ces conclusions, présentées dans la revue Psychological Science, posent évidemment la question du comportement idéal des parents face au surpoids de leur enfant. Tout devrait passer implicitement par une alimentation et des comportements alimentaires familiaux sains et équilibrés…

Les enfants dont les parents considèrent qu'ils sont en surpoids vont, en effet gagner plus de poids au cours des 10 années qui suivent, vs les enfants que leurs parents « voient » d'un poids normal, conclut cette analyse des données de 2 études nationales. Un processus psychologique est également mis en lumière : les enfants se sachant considérés en surpoids ont une image négative de leur corps et font des tentatives désordonnées et contre-productives de perte de poids qui favorisent une prise de poids supplémentaire. Pourtant, la perception des parents du surpoids de leurs enfants est une condition nécessaire pour une meilleure gestion de l'obésité infantile. Mais sans doute les parents ne devraient pas l'exprimer directement à leurs enfants. C'est ce que nous rappellent ces chercheurs en psychologie de l'Université de Liverpool et de la Florida State University : « la stigmatisation d'un enfant en surpoids peut expliquer pourquoi les enfants ont tendance à prendre plus de poids au cours de leur croissance ». L'analyse a porté sur les données (taille, poids et perception des parents) d'enfants alors âgés de 4-5 ans de 2.823 familles australiennes, puis sur la perception des enfants de l'image de leur corps et leur comportement alimentaire aux âges de 12-13 ans, puis, enfin, sur la prise en compte des données de taille et de poids aux âges de 14 ou 15 ans. L'analyse confirme une association forte entre la perception des parents et la prise de poids des enfants 10 ans plus tard :


les enfants que les parents considèrent en surpoids à l'âge de 4 ou 5 ont pris plus de poids à l'âge de 14 ou 15 ans.

Les perceptions et comportements des enfants semble peser pour la plus grande partie de cette prise de poids excessive. Ces enfants déclarent en effet avoir une perception plus négative de leur corps, à travers les croyances de leurs parents. Ils signalent également de plus nombreuses tentatives de perte de poids. Des résultats d'ailleurs identiques pour les garçons et les filles et indépendants de facteurs de confusion possibles comme le poids de départ de l'enfant, les revenus du foyer, les maladies pré-existantes ou le poids des parents. Enfin, ces résultats sont confirmés par l'analyse des données d'une seconde cohorte de 5.886 familles irlandaises.

L'obésité infantile est donc bien une condition psychologiquement sensible et la perception des parents doit juste les inciter à proposer à leurs enfants un mode de vie et un équilibre alimentaire plus sains.

Autres actualités sur le même thème