Vous recherchez une actualité
Actualités

OBÉSITÉ: La stimulation cérébrale contre les fringales?

Actualité publiée il y a 4 années 3 mois 1 semaine
Psychosomatic Medicine

Des études suggèrent que la stimulation cérébrale et non invasive d'une zone spécifique du cerveau pourrait réduire les fringales, en particulier d’aliments de type « junk food » riches en calories. C’est ce que suggère cette méta-analyse. L’analyse, présentée dans la revue Psychosomatic Medicine échoue cependant à réunir suffisamment de preuves d’efficacité de la stimulation cérébrale pour réduire la consommation alimentaire globale. Elle montre néanmoins un effet significatif de réduction des apports d’aliments riches en hydrates de carbone.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Les chercheurs de l'Université de Waterloo ont analysé les données d'études précédentes ayant évalué les effets de la stimulation cérébrale non invasive sur les fringales et la consommation alimentaire. Ces tests de stimulation cérébrale ciblaient le cortex préfrontal dorsolatéral, une zone impliquée dans la régulation consciente du désir et de la consommation alimentaires.


Les chercheurs ont retenu 11 études menées en laboratoire avec des participants humains, volontaires et sujets à des envies de fringales fortes et fréquentes, pour des grignotages à valeur calorique élevée.

L'efficacité de la stimulation magnétique transcrânienne répétitive (SMTr) :

· sur 8 études portant spécifiquement sur les les fringales, toutes sauf une suggèrent un effet significatif de la stimulation cérébrale SMTr ;

· la méta-analyse des données consolidées de ces études suggère finalement un effet significatif modéré de la stimulation cérébrale non invasive sur les fringales, équivalent à « 1 demi-point » sur une échelle en 4 points.

· En revanche, les résultats de 9 études portant sur les effets de la stimulation sur la consommation alimentaire en général, apportent des résultats contradictoires, voire au global, l'absence d'effet significatif de la stimulation cérébrale.

· 2 autres études ont évalué les effets de la SMTr et une des études constate une réduction significative de la consommation alimentaire totale après stimulation quotidienne, mais l'autre pas.

· Les chercheurs concluent à des preuves d'efficacité de la stimulation spécifiquement sur la consommation d'hydrates de carbone (cookies, gâteaux, sodas…).

La stimulation pour surmonter ses penchants naturels : perdre du poids en suivant un régime suppose de surmonter ses préférences naturelles pour les aliments riches, sucrés et addictifs. Si les auteurs n'expliquent pas le processus par lequel la stimulation peut réduire les fringales, ils font l'hypothèse d'effets sur le centre de récompense du cerveau et / ou sur la zone de contrôle cognitif. Bref, concluent les auteurs, ces données permettent de conclure que la stimulation SMTr réduit les fringales a minima d'aliments riches en hydrates de carbone.

Autres actualités sur le même thème