Actualités

OMICRON : Le 3è rappel pour 3 mois ?

Actualité publiée il y a 3 mois 5 jours 7 heures
PLoS Medicine
3 mois s’avère une nouvelle fois, la période limitée d’efficacité (Visuel Adobe Stock 439627858)

3 injections vaccinales contre COVID-19 pourraient apporter une protection nettement supérieure contre l’infection COVID avec la variante Omicron, conclut cette étude du Statens Serum Institut (Copenhague, Danemark). Une incitation au rappel certes, cependant ces données, publiées dans la revue PLoS Medicine, précisent aussi à quel point l'émergence de nouvelles variantes change la donne, réduisant la durabilité à long terme du vaccin et augmentant le risque de forme sévère et d'hospitalisation. 3 mois s’avère une nouvelle fois, la période limitée d’efficacité.

 

Ainsi, depuis la circulation d’Omicron, 2 doses de vaccin n'offrent qu'une protection limitée dans l’efficacité et la durée contre l'infection par le SRAS-CoV-2. Cependant, si quelques études ont déjà suggéré l’intérêt du rappel, les preuves restent limitées quant à son efficacité « dans le temps ». Par ailleurs, de nombreux systèmes de santé recommandent aujourd’hui une 4è dose aux personnes plus vulnérables ou plus âgées.

3è dose, qu’en est-il ?

Afin d'estimer l'efficacité de 3 doses vs 2 contre les risques d’infection sévère et d’hospitalisation liés au COVID-19, Agermose Gram, chercheur au Statens Serum Institut et son équipe ont mené une étude de cohorte à l'échelle nationale incluant tous les résidents danois non infectés jusque-là. L’analyse a pris en compte leur statut vaccinal ainsi que l'âge, le sexe, la localisation géographique, et les comorbidités, avant de comparer les taux d'infection et d'hospitalisation selon le nombre de vaccinations. Cette analyse confirme que :

 

La 3è dose de vaccin apporte certes une plus grande protection contre l'infection et l'hospitalisation en cas d’infection avec Omicron ;

  • la protection apportée par la 3è dose, surtout, décroît beaucoup moins rapidement avec le temps ;
  • cette protection durable après 120 jours suggère néanmoins de poursuivre en continu ce type d’évaluation de l'efficacité vaccinale en fonction des variantes en circulation. Globalement l’équipe conclut donc que le rappel ou 3è dose, avec un vaccin à ARNm, apporte une protection à la fois élevée et durable contre l'hospitalisation.
  • Néanmoins et contrairement à de précédentes études*,

la recherche ne précise pas ce qu’il advient au bout de 3 mois.