Vous recherchez une actualité
Actualités

OPIOÏDES : Exposition in utero, syndrome de sevrage néonatal et torticolis

Actualité publiée il y a 1 année 8 mois 3 semaines
Journal of Pediatrics
11% des bébés ayant des antécédents de syndrome de sevrage souffrent de torticolis

Dans un contexte d’épidémie d’utilisation d’opioïdes, cette étude du Cincinnati Children's Hospital menée chez des nourrissons nés en phase de sevrage en raison d'une exposition aux opioïdes in utero, révèle une augmentation spectaculaire du torticolis et des plagiocéphalies associées. Cette étude parmi les premières menées sur les effets à long terme de l'exposition aux opioïdes maternels et présentée dans le Journal of Pediatrics, alerte sur les dangers pour l’enfant de cette exposition in utero, avec dans la plupart des cas la nécessité de traiter ce syndrome de sevrage néonatal.

 

L’incidence du syndrome de sevrage néonatal qui résulte du retrait de l'exposition aux opioïdes in utero a presque quintuplé entre 2000 et 2012, précisent les auteurs et atteint (aux Etats-Unis 5,8/1.000 naissances vivantes. Cet effet à long terme, le torticolis peut ne pas se développer avant plusieurs mois après la sortie de l'hôpital, d’où la nécessité de mesures préventives dont la kinésithérapie, pour prévenir torticolis et plagiocéphalie et éviter les retards de développement, explique le Dr Jenny McAllister, co-auteur de l’étude.

 

L’équipe de Cincinnati a suivi 783 nourrissons durant 5 années et parmi les bébés ayant des antécédents de syndrome de sevrage,

  • 87 ont été diagnostiqués avec un torticolis, soit un taux d'incidence de 11% ;
  • 23% avaient été exposés à un seul opiacé à action prolongée, probablement sous forme de traitement médicamenteux ;
  • 75,9% avaient été exposés à des opioïdes à courte durée d'action et 72,4% à plusieurs opioïdes ;
  • Les nourrissons en phase de sevrage ont été traités, dans la plupart des cas, avec de la méthadone, 18,4% par buprénorphine et 5,7% par morphine. La durée du séjour à l'hôpital était en moyenne de 19,3 jours.

 

 

L'exposition aux opioïdes in utero est-elle la cause du torticolis ? Les auteurs ne peuvent le confirmer mais ils suggèrent que ces nourrissons pourraient souffrir d’hypertonie ou de contraction exagérée des muscles les prédisposant au torticolis. Le positionnement et l’« emmaillotement » permettant de les garder « calmes » à la naissance pourraient également être en cause.

 

Il existe très peu de données sur les effets à long terme du syndrome de sevrage néonatal lié aux opioïdes, car cela supposerait de suivre ces enfants après la sortie de l'hôpital.

Autres actualités sur le même thème