Vous recherchez une actualité
Actualités

PARKINSON : Pourquoi ce gain de poids après stimulation cérébrale profonde

Actualité publiée il y a 2 années 5 mois 1 semaine
Cortex

La stimulation cérébrale profonde est une alternative -lorsque les médicaments ne parviennent plus à corriger les tremblements- qui a fait ses preuves sur les performances motrices et la qualité de vie des patients. Cette étude de l’Institut SISSA (Trieste) dévoile les causes du gain de poids chez les patients atteints de Parkinson traités par stimulation cérébrale profonde. Ces données, présentées dans l’excellente revue Cortex, et qui révèlent, entre autres conclusions, un niveau d'impulsivité élevé et un désir accru de nourriture, apportent des bases d’interventions de prévention pour limiter le surpoids chez les patients parkinsoniens.

La maladie de Parkinson qui en France touche 2 % des plus de 60 ans, est caractérisée par une dégénérescence des neurones qui gèrent la dopamine. C'est une cause majeure de handicap moteur qui se manifeste par une lenteur caractérisée, une raideur souvent asymétrique et des tremblements au repos. Les patients peuvent présenter également une multitude d'autres symptômes (syndromes anxieux ou dépressifs, des douleurs…). Plusieurs études ont apporté les preuves d'efficacité de différents modes de stimulation, externe, magnétique ou profonde, dans la réduction des symptômes, notamment moteurs de la maladie de Parkinson. Aujourd'hui, la stimulation cérébrale profonde est proposée lorsque les médicaments ne permettent plus de corriger les symptômes, situation généralement rencontrée après 7 à 8 ans d'évolution de la maladie. Le patient présente alors un stade évolué de la maladie avec une fluctuation motrice dans la journée. Les retours d'expérience montrent que la stimulation cérébrale profonde (ou deep brain stimulation DBS) va, par l'intermédiaire d'électrodes implantées au niveau de différentes régions du cerveau et d'une faible stimulation électrique interrompre le signal cérébral causant les symptômes de la maladie. On savait déjà que les personnes atteintes de la maladie de Parkinson, traitées par stimulation cérébrale profonde prennent du poids, mais sans pouvoir vraiment l'expliquer. « L'altération du poids corporel est l'une des complications fréquente de la stimulation cérébrale profonde dans le traitement de la maladie de Parkinson », explique Marilena Aiello, chercheuse au SISSA et auteur principal de l'étude. L'hypothèse était jusque-là, l'impact de la stimulation cérébrale sur le noyau subthalamique, une zone impliquée à la fois dans la motricité et dans la récompense. Cette équipe italienne a suivi pour la première fois 18 patients atteints, avant et après l'intervention (avant l'intervention, 5 jours après et 3 mois plus tard) et a évalué leurs capacités cognitives, psychologiques et comportementales : Les participants ont répondu à des questionnaires pour évaluer leurs niveaux de dépression, d'anhédonie ou d'incapacité à ressentir du plaisir et d'impulsivité. Les participants ont dû également effectuer des tâches évaluant la sensibilité aux récompenses alimentaires et les réactions impulsives aux aliments.


4 facteurs majeurs indépendants à ce gain de poids : si l'étude confirme un gain de poids significatif au cours des mois suivant l'intervention, elle identifie aussi 4 facteurs majeurs indépendants à ce gain de poids : un désir accru de nourriture, un niveau accru d'impulsivité, la durée de la maladie et la réduction du traitement pharmacologique. Le système de récompense s'avère bien altéré par la stimulation et la prise de poids est plus importante chez les patients qui après l'intervention déclarent un désir accru de nourriture. L'impulsivité est également renforcée. Enfin des facteurs inhérents à l'histoire de la maladie, sa durée et la charge pharmacologique apparaissent également comme très influents sur la prise de poids.

En cernant ces différents facteurs de prise de poids, l'étude livre des indices importants pour identifier les patients les plus exposés et prévenir ce gain de poids excessif qui vient aggraver les autres symptômes inhérents à la maladie.

21 April 2017 DOI : 10.1016/j.cortex.2017.04.005 Weight gain after STN-DBS: The role of reward sensitivity and impulsivity

Lire aussi : PARKINSON: La stimulation cérébrale profonde réduit les symptômes moteurs de 70% -

Autres actualités sur le même thème