Vous recherchez une actualité
Actualités

PARKINSON : Une nouvelle procédure qui soulage les tremblements

Actualité publiée il y a 3 jours 22 heures 17 min
RSNA
La procédure consiste à appliquer des ultrasons à certaines zones précises du thalamus

Cette équipe de l'Université de L'Aquila (Italie) vient de présenter au 105th Congrès scientifique de la Radiological Society of North America (RSNA) une nouvelle technique, la thalamotomie, peu invasive, qui permet de soulager les tremblements chez les patients atteints de la maladie de Parkinson. La procédure qui consiste à appliquer des ultrasons à certaines zones précises du thalamus, est documentée ici comme sûre et efficace à réduire ce symptôme débilitant et à améliorer la qualité de vie des personnes parkinsoniennes.

 

Cette nouvelle thérapie pourrait permettre de soulager non seulement les personnes atteintes de la maladie de Parkinson mais aussi les personnes atteintes de tremblement essentiel. Les tremblements sont des mouvements musculaires rythmiques et involontaires qui peuvent se produire dans une ou plusieurs parties du corps, et la plupart du temps dans les mains. Parmi les options de traitement permettant de réduire les tremblements chez les patients ne répondant pas au traitement médicamenteux, la stimulation cérébrale profonde, pratiquée depuis environ 25 années, est documentée comme efficace dans la prise en charge de la maladie ;

La technique MRgFUS prometteuse dans le traitement d'autres affections neurologiques

 

La thalamotomie (ou magnetic resonance-guided focused ultrasound : MRgFUS) est une technique plus récente de radiologie interventionnelle sans incision dans laquelle des faisceaux focalisés d’énergie (ultrasons) sont utilisés pour cibler, chauffer et détruire une petite partie du thalamus. La procédure induit un soulagement au côté opposé du corps, ce qui signifie que traiter du côté droit du cerveau soulage les tremblements du côté gauche du corps, et inversement. Cette échographie focalisée présente des avantages par rapport à la stimulation cérébrale profonde, dont un risque réduit de complications liés au saignement et aux infections, mais aussi un effet immédiat contrairement à la stimulation cérébrale profonde qui nécessite une période de rodage pour l'électrostimulation : l'auteur principal, le Dr Federico Bruno, radiologiste précise notamment que le traitement par MRgFUS nécessite une hospitalisation plus courte et constitue une procédure bien tolérée, même par des patients plus fragiles.

L’étude est menée auprès de 39 patients âgés de 64,5 ans en moyenne, présentant des tremblements invalidants et n’ayant pas répondu au traitement. 18 participants étaient atteints de tremblements essentiels et 21 de la maladie de Parkinson. Tous les participants souffraient de tremblements depuis plus de 10 ans. Les chercheurs ont évalué la sévérité des tremblements et la qualité de vie perçue de ces patients avant et après thalamotomie MRgFUS. L’analyse montre que :

  • 37 des 39 patients, soit 95%, présentent, à l’issue du traitement, une réduction substantielle et immédiate de leurs tremblements ;
  • ces réductions des tremblements sont maintenues dans les évaluations de suivi d’1 an ;
  • la qualité de vie est améliorée de façon substantielle chez les 2 groupes de patients.

 

Les chercheurs partagent ainsi cette expérience de plus d'un an dans le traitement des tremblements par thalamotomie avec échographie ciblée, et suggèrent pour la première fois l’intérêt de la thérapie dans la prise en charge de la maladie de Parkinson. Le problème est qu’actuellement, la thalamotomie MRgFUS n'est disponible que dans un nombre très limité de sites dans le monde. De tels résultats de recherche vont peut-être contribuer à élargir l’accès à ce traitement prometteur. Les améliorations apportées aux techniques de neuroimagerie permettant une plus grande précision dans la mise en œuvre et la surveillance dans le temps du traitement devraient également accroître sa disponibilité et son utilisation en clinique.

 

« Une nouveauté absolue » : l’usage clinique de cette technique pour les maladies neurologiques est en effet une nouveauté absolue. Son utilisation clinique a été approuvée par la FDA il y a moins de trois ans, précisent les auteurs. Jusqu'à présent, peu de médecins et peu de patients connaissaient cette option de traitement.  De prochaines recherches vont regarder comment traiter les deux côtés du thalamus.

 

Enfin, la technique MRgFUS est également à l’étude dans le traitement d'autres affections neurologiques telles que la douleur neuropathique, l'épilepsie, les troubles obsessionnels compulsifs, et les tumeurs cérébrales.

Autres actualités sur le même thème