Vous recherchez une actualité
Actualités

PLAIES et METH: Quand l'usage et l'usager jouent contre la cicatrisation

Actualité publiée il y a 2 années 5 mois 3 semaines
Wound Repair and Regeneration

La méthamphétamine a des effets microbiologiques et immunologiques notables sur la cicatrisation, et c’est l’objet de ces travaux de recherche du New York Institute of Technology. Des données présentées dans la revue Wound Repair and Regeneration qui révèlent comment la combinaison des effets de la substance et le comportement de l’usager bloquent conjointement tout processus de cicatrisation.

Le Dr. Luis Martinez du New York Institute of Technology College of Osteopathic Medicine a étudié avec son équipe les processus sous-jacents aux retards de cicatrisation chez les patients usagers de methamphétamine. Certains signes sont caractéristiques de l'usage de la meth, une drogue de plus en plus consommée (400.000 utilisateurs aux États-Unis seulement) : dents cariées, marques d'aiguille, démangeaisons, mais aussi de multiples plaies ouvertes et chroniques. Ces plaies entraînent des soins aux coûts non négligeables, estimés à plus de la moitié du coût des hospitalisations liés à la drogue elle-même (soit aux États-Unis près de 20 millions de $ par an). Ces plaies sont difficiles à gérer, en raison de la persistance de bactéries, de la déficience immunitaire liée à l'usage de la drogue et du grattage constant des patients. L'équipe décrypte comment au niveau cellulaire, la méthamphétamine altère la réponse inflammatoire et interfère avec la cicatrisation des plaies. Chez la souris modèle de plaies, la méthamphétamine favorise l'inflammation chronique et nuit à la cicatrisation. La réponse immunitaire est compromise. En analysant à l'imagerie de pointe les cellules présentes dans des plaies de souris ayant reçu des injections de méthamphétamine, les chercheurs montrent son effet sur la production d'une protéine spécifique d'IL-6, une cytokine impliquée dans la phase aiguë de l'inflammation. La méthamphétamine provoque une surproduction d'IL-6, ce qui retarde la réponse immunitaire et la capacité à réduire l'inflammation. Dans le même temps, la substance induit un processus incontrôlé par lequel les neutrophiles migrent vers la plaie mais avec une capacité naturelle compromise à éliminer les bactéries (en particulier S. aureus - visuel ci-contre) et les débris cellulaires et une surproduction de molécules néfastes à la réparation tissulaire. Une première voie thérapeutique possible se dessine, celle de l'utilisation d'anticorps qui agissent contre la surproduction d'IL-6.


Interstitiel escarre

Interstitiel hydrot boostclosure

* Temps de fermeture de l’ulcère avec HydroTac® : moins de 15 semaines alors que les données de la littérature montrent que 40-60% des ulcères nécessitent 20 à 24 semaines pour cicatriser. (1) Mikosiński, J. et al. Clinical assessment of a foam dressing containing growth factor-enhancing hydrated polyurethanes. J Wound Care.2018;27(9):608-18. HydroTac® : DM de classe IIb – Fabricant : PAUL HARTMANN AG – Organisme notifié : CE 0123. Lire attentivement les instructions figurant dans la notice (et/ou sur l’étiquetage). Remboursé par les organismes d’assurance maladie : consultez les modalités sur le site www.ameli.fr. Réf : 14122018. Date de création : Décembre 2018

Autres actualités sur le même thème

Pages