Vous recherchez une actualité
Actualités

PLAIES GASTRIQUES : Le microrobot qui bioimprime in situ et in vivo

Actualité publiée il y a 8 mois 2 semaines 5 jours
Biofabrication
Ce microrobot avec bio-impression in situ et in vivo pourrait révolutionner la prise en charge des plaies internes des tissus mous (Visuel Biofabrication)

Ce nouveau mode de traitement des lésions de la paroi gastrique, par microrobot avec bio-impression in situ et in vivo pourrait révolutionner la prise en charge des plaies internes des tissus mous. Cette équipe chinoise qui promet de pouvoir réparer des tissus à et de l'intérieur du corps et documente sa technologie, apporte aussi les premières preuves de concept de l'efficacité de cette nouvelle technologie interne et miniaturisée de bio-impression.

 

Le Pr Tao Xu, de l'Université Tsinghua de Pékin, co-auteur de l’étude, rappelle que les lésions de la paroi gastrique sont un problème courant dans le tube digestif, 12% de la population mondiale en souffrant à différents degrés. L’objectif de l’équipe était donc de pouvoir intervenir au site même de la plaie et non de manière systémique, pour réparer le tissu lésé. « La difficulté est que la technologie actuelle de bio-impression est adaptée à des sites externes. Les bio-imprimantes sont normalement assez volumineuses et ne peuvent pas être adaptées à la réparation des tissus internes sans chirurgie invasive pour laisser suffisamment de place pour l'impression".

Les cellules imprimées notamment restent viables sur plus de 10 jours et prolifèrent régulièrement (Visuel Biofabrication)

Le microrobot pénètre dans le corps via un endoscope pour réparer les tissus de l'intérieur

Cette mini-plateforme de bio-impression comprend un robot Delta composé d'une base fixe, d'une plate-forme mobile et de 3 chaînes cinématiques identiques. Pour être le moins invasif possible, il peut se replier en entrant dans le corps du patient, puis se déplier avant de commencer l'opération de bio-impression, une fois en place.

 

Un double test du concept :

  • la technologie a été d’abord testée sur modèle biologique d’estomac humain via un endoscope, pour imiter l'opération d'insertion et le processus d'impression ;
  • un second test de bio-impression a été effectué dans une boîte de culture cellulaire pour tester l'efficacité du dispositif à bio-imprimer des cellules viables et à réparer les plaies ;
  • Les deux tests montrent des résultats prometteurs. Les cellules imprimées notamment restent viables sur plus de 10 jours et prolifèrent régulièrement, ce qui suggère une fonction biologique normale et des échafaudages viables.

 

Il s’agit certes d’une première étape expérimentale mais l’étude apporte déjà une preuve de concept d’efficacité du dispositif dans le traitement des lésions de la paroi gastrique. De nombreuses recherches restent nécessaires pour parvenir à une technologie utilisable en routine clinique, mais la bio-impression pourra désormais être envisagée en interne, in vivo et in situ.

Autres actualités sur le même thème