Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

POLLUTION et PARKINSON : Les particules fines attaquent aussi les neurones

Actualité publiée il y a 2 mois 3 semaines 4 jours
Neurology
L'étude révèle les premières preuves d’un lien entre la pollution de l’air et l’incidence de la maladie de Parkinson (Visuel Adobe Stock 199883901)

Cette étude qualifiée de « révolutionnaire », menée par une équipe du Barrow Neurological Institute de l’Université d’Arizona et publiée dans la revue Neurology, révèle les premières preuves d’un lien entre la pollution de l’air et l’incidence de la maladie de Parkinson. Précisément, l’étude démontre que les personnes vivant dans des régions présentant des niveaux médians de pollution atmosphérique ont un risque accru de 56 % de maladie de Parkinson vs celles vivant dans des régions où le niveau de pollution atmosphérique est le plus faible.

 

De précédentes études avaient montré que les particules fines provoquent une inflammation dans le cerveau, un mécanisme qui pourrait favoriser le développement de la maladie de Parkinson, explique l’auteur principal, Brittany Krzyzanowski, chercheur au Barrow Neurological Institute : « Grâce à des techniques analytiques géospatiales de pointe, nous avons pu, pour la première fois, confirmer une forte association entre la maladie de Parkinson et l’exposition aux particules fines ».

 

L’étude basée en population générale a identifié près de 90.000 personnes atteintes de la maladie de Parkinson à partir d’un ensemble de données Medicare d’environ 22 millions de personnes. Les personnes atteintes de la maladie de Parkinson ont été géocodées selon leur lieu de résidence, ce qui a permis aux chercheurs de calculer les taux de Parkinson dans chaque région. Les concentrations annuelles moyennes de particules fines dans ces régions spécifiques ont également été calculées. Après ajustement avec les facteurs de confusion possibles, dont l’âge, le sexe, l’origine ethnique, les antécédents de tabagisme et les antécédents de soins médicaux, l’analyse révèle :

  • une association entre l’exposition aux particules fines et l'incidence de la maladie de Parkinson ;

  • cette relation entre la pollution de l’air et la maladie de Parkinson n’est pas identique dans toutes les régions et varie en intensité selon la localisation ;
  • ces différences régionales pourraient refléter des différences dans la composition des particules. Certaines zones pouvant être exposées à des particules plus toxiques que d'autres ;
  • la densité de réseau routier à laquelle est associée une densité plus élevée de particules ainsi que le tissu industriel, sont également reconnus comme des facteurs de mort cellulaire dans la zone du cerveau impliquée dans la maladie de Parkinson ;

 

Les chercheurs espèrent que ces données vont contribuer à l’application de politiques plus strictes visant à réduire de manière drastique les niveaux de pollution et le risque de Parkinson et d’autres troubles associés. « La recherche sur les facteurs de risque environnementaux de la maladie de Parkinson s’est jusque-là plutôt concentrée sur l'exposition aux pesticides mais nous devrions également

considérer la pollution de l’air comme un facteur majeur de la maladie ».

Enfin et au-delà des résultats d’incidence de Parkinson, ces travaux établissent une approche de géolocalisation et de rapprochement de données applicable à d'autres problèmes de santé neurologique.

 

Plus sur le Blog Neuro

Autres actualités sur le même thème