Vous recherchez une actualité
Actualités

POLLUTION : Et si l’aspirine pouvait protéger les poumons ?

Actualité publiée il y a 2 semaines 3 jours 4 heures
American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine
Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) tels que l’aspirine peuvent atténuer les effets néfastes sur les poumons associés aux pics de pollution.

Si en aucun cas, prendre de l’aspirine ne résout le problème de fond posé par la pollution et ses effets sur la santé humaine, le médicament pourrait exercer un effet bénéfique en cas de réponse aiguë de la fonction pulmonaire à un pic de pollution atmosphérique. C’est ce que suggère cette étude de Mailman School of Public Health de l'Université Columbia, qui rapporte, pour la première fois, dans l’American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine, que les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) tels que l’aspirine peuvent atténuer les effets néfastes sur les poumons associés aux pics de pollution.

Les effets des AINS vs pollution mériteraient d'être explorés plus avant

Les chercheurs ont analysé les données d'une cohorte de 2.280 vétérans de la région de Boston, âgés de 73 ans et ayant subi des tests d’évaluation de la fonction pulmonaire. Les chercheurs ont examiné la relation entre les résultats des tests, l'utilisation d'auto-déclarée d'AINS, les concentrations de particules en suspension dans l'air ambiant et d’oxyde de carbone au cours du mois précédant l'essai, et pris en compte les facteurs de confusion possibles, dont notamment l'état de santé du sujet et son tabagisme. L’analyse constate en effet que :

  • l’utilisation d’un AINS réduit pratiquement de moitié l’effet des particules sur la fonction pulmonaire ;
  • cette association s’avère constante pour toute la durée de suivi de l’étude, soit 4 semaines ;
  • ici, la plupart des participants ayant pris des AINS ont utilisé de l'aspirine.

Cela suggère, écrivent les auteurs, que cet effet modificateur et bénéfique observé est principalement dû à l'aspirine. Cependant, les effets des AINS sans aspirine, contre la pollution, méritent d'être également étudiés. Bien que le mécanisme soit inconnu, les chercheurs supposent que les AINS atténuent très probablement l'inflammation provoquée par la pollution de l'air.

 

L’aspirine et d'autres AINS pourraient protéger les poumons des pics de pollution atmosphérique à court terme, conclut l’auteur principal, le Dr Xu Gao, chercheur postdoctoral à la Mailman School. Mais il reste crucial à la fois de minimiser notre exposition à la pollution de l'air et d’encourager les politiques environnementales qui réduisent sur le fond les niveaux de pollution.

 

N.B. Une étude précédente de la même équipe avait révélé que les vitamines du groupe B pouvaient également jouer un rôle dans la réduction de l'impact de la pollution atmosphérique sur la santé.

Autres actualités sur le même thème