Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

POLLUTION : Inflammation du cerveau et accélération du déclin cognitif

Actualité publiée il y a 3 semaines 4 jours 17 heures
Alzheimer s & Dementia
L'étude décrypte comment la pollution de l'air favorise l'inflammation du cerveau, accélère le déclin cognitif et augmente finalement le risque de démence (Visuel Adobe Stock 76195834)

Cette équipe de neurologues de l’Université de Copenhague décrypte comment la pollution de l'air favorise l'inflammation du cerveau, accélère le déclin cognitif et augmente finalement le risque de démence. Ces nouvelles données, publiées dans la revue Alzheimer’s & Dementia, confirment l’association étroite entre exposition à long terme à la pollution et la démence plus tard dans la vie. Avec toujours des implications en santé publique…

 

La recherche identifie aussi une association avec le bruit, mais qui semble médiée par la pollution de l'air, explique l’auteur principal, Zorana Jovanovic Andersen, professeur de santé environnementale. Les résultats doivent sensibiliser au spectre large des effets nocifs de la pollution, non seulement sur le système respiratoire et cardiovasculaire, mais également sur le cerveau.

 

Enfin, l’étude est menée au Danemark où les niveaux de pollution sont maintenant mieux contrôlés et à un niveau relativement faible par rapport au reste de l'Europe et du monde. Cependant, même ces niveaux plus modestes apparaissent préoccupants. En particulier, en regard du vieillissement croissant des population et de l’augmentation mécanique de la prévalence des démences.

L’étude analyse les données d’une cohorte d’infirmières suivies pendant 27 ans (1993 à 2020) ce qui a permis de prendre pour chaque participant une très longue durée d’exposition : ainsi cette exposition éventuelle à la pollution a été estimée sur une durée moyenne de 41 ans. De très nombreux facteurs de mode de vie et socio-économiques ont été pris en compte, ce qui a permis de mieux identifier les effets spécifiques de l’exposition à la pollution. En conclusion, l’analyse confirme que :

 

  • plus l’exposition à la pollution est durable, et plus élevé est le risque de démence, plus tard dans la vie (et ici sur la durée de suivi) ;
  • point positif à souligner, pratiquer régulièrement une activité physique permet de conjurer cette augmentation, en cas d’exposition, du risque de démence.

Plus sur le Blog Neuro

Autres actualités sur le même thème