Vous recherchez une actualité
Actualités

POLLUTION : L’exposition in utero mène aussi à l’hypertension

Actualité publiée il y a 1 année 6 mois 20 heures
Hypertension
Les particules fines peuvent traverser la barrière placentaire pendant la grossesse et affecter la croissance fœtale...

Les enfants qui ont été exposés in utero à des niveaux plus élevés de pollution atmosphérique durant le troisième trimestre de grossesse présentent un risque plus élevé d'hypertension artérielle (HTA) dans l'enfance, révèle cette étude publiée dans la revue Hypertension, de l’American Heart Association. Les particules fines peuvent traverser la barrière placentaire pendant la grossesse et affecter la croissance fœtale...

 

On savait que ces particules fines de 2,5 microns ou moins (PM2,5), une forme de pollution produite par les véhicules à moteur et la combustion du pétrole, du charbon et de la biomasse pénètrent le système circulatoire et nuisent à la santé. De précédentes études ont montré que l'exposition directe à la pollution de l'air était associée à une pression artérielle élevée chez les enfants comme chez les adultes, cette nouvelle étude montre que la respiration de l'air pollué pendant la grossesse peut avoir un effet négatif direct sur la santé cardiovasculaire des enfants. Le Dr Noel T. Mueller, auteur principal de l'étude et professeur d'épidémiologie à l'école de santé publique Bloomberg de l'Université Johns Hopkins à Baltimore (Maryland) rappelle que de plus, « l’hypertension artérielle pendant l'enfance conduit souvent à l’HTA à l'âge adulte et que l'hypertension est la principale cause de maladie cardiovasculaire ».

 

L’étude a suivi 1.293 mères et leurs enfants, participant à la Boston Birth Cohort. La pression artérielle a été mesurée à chaque examen physique de l'enfant entre 3 et 9 ans. Une pression artérielle systolique était considérée comme élevée si elle était dans les 10% les plus élevés pour les enfants du même âge selon les données nationales. Les chercheurs ont pris en compte les facteurs de confusion possible chez les enfants, (pour la pression artérielle), tels que le poids de naissance et le tabagisme maternel.

 

 

Un risque accru de 60% d’HTA chez l’enfant en cas de forte exposition in utero à la pollution : l’analyse constate en effet que :

  • les enfants exposés à des concentrations plus élevées (le tiers supérieur) de pollution à PM2,5 in utero, au cours du troisième trimestre présentent un risque accru de 61% de tension artérielle systolique élevée durant l'enfance vs leurs homologues exposés au niveau le plus bas (le tiers inférieur) .
  • une exposition plus élevée à la pollution atmosphérique au troisième trimestre favorise un poids de naissance plus faible ;
  • l'exposition de la future mère aux particules fines avant sa grossesse n’apparaît pas associée à la pression artérielle chez ses enfants, ce qui conforte l'impact significatif de l'exposition « in utero ».

 

 

Des données qui viennent ajouter aux dangers pour l’enfant de l’exposition maternelle à la pollution durant la grossesse et appellent à nouveau à réduire les émissions de PM2.5 dans l'environnement. Ses particules fines peuvent traverser la barrière placentaire pendant la grossesse et affecter la croissance fœtale.

Autres actualités sur le même thème