Vous recherchez une actualité
Actualités

POLYARTHRITE RHUMATOÏDE : De la vitamine D pour la prévenir

Actualité publiée il y a 2 années 7 mois 2 semaines
Journal of Autoimmunity
Si la vitamine D peut être efficace pour prévenir l'apparition de l'inflammation, elle est moins efficace une fois l’inflammation établie

Maintenir des niveaux suffisants de vitamine D peut aider à prévenir l'apparition de maladies inflammatoires comme la polyarthrite rhumatoïde, a révélé une recherche menée par l'Université de Birmingham. La recherche, présentée dans le Journal of Autoimmunity révèle aussi que si la vitamine D peut être efficace pour prévenir l'apparition de l'inflammation, elle est moins efficace une fois l’inflammation établie, car les maladies telles que la polyarthrite rhumatoïde entraînent une insensibilité à la vitamine D.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

 

En plus de ses actions bien établies sur le squelette, la vitamine D est un puissant modulateur du système immunitaire. En particulier, la vitamine D peut réduire l'inflammation associée aux maladies auto-immunes telles que la polyarthrite rhumatoïde. Ces patients atteints de polyarthrite rhumatoïde sont fréquemment carencés en vitamine D et peuvent donc gagner à recevoir une supplémentation en vitamine D. La recherche apporte enfin une autre conclusion importante : l'impact de la vitamine D sur ces maladies inflammatoires ne peut être prédit par l’analyse des cellules de patients en bonne santé ou du sang de patients souffrant d'inflammation, car les cellules du tissu pathologique se comportent très différemment.

 

L’analyse centrée sur le site de l’inflammation, porte sur des échantillons de sang périphériques et de liquide synovial prélevés de l'articulation enflammée de patients atteints de polyarthrite rhumatoïde. C'est d’ailleurs la première étude à caractériser les effets de la vitamine D dans le sang périphérique et les articulations enflammées des patients atteints de maladie inflammatoire. Les chercheurs ont évalué à l’aide de ces deux types de prélèvements, les réponses à la forme active de la vitamine D. L’analyse montre que :

  • comparées au sang des mêmes patients, les cellules immunitaires articulaires enflammées sont beaucoup moins sensibles à la vitamine D ;
  • ces cellules immunitaires articulaires enflammées apparaissent plus sensibles à l'inflammation, et donc moins susceptibles d’être impactées, même si elles conservent toutes les fonctions nécessaires à la réponse à la vitamine D ;
  • le maintien de niveaux suffisants de vitamine D peut néanmoins contribuer à prévenir l'apparition de maladies inflammatoires comme la polyarthrite rhumatoïde :
  • en revanche, chez les patients déjà atteints de polyarthrite rhumatoïde, des doses beaucoup plus élevées de vitamine D peuvent être nécessaires, éventuellement combinées à un nouveau traitement qui corrige cette insensibilité à la vitamine D des cellules immunitaires enflammées.

 

Des résultats surprenants car les chercheurs attendaient à une réponse satisfaisante des cellules de l'articulation rhumatoïde enflammée à la vitamine D et comparable à la réponse des cellules du sang. Des implications importantes pour mieux traiter l'inflammation.

 

L’équipe prévoit d’entreprendre d’autres recherches pour comprendre pourquoi l'arthrite rhumatoïde mène à l'insensibilité à la vitamine D, et comment il serait possible « d’y remédier » dans la prise en charge globale des maladies inflammatoires.

Autres actualités sur le même thème