Vous recherchez une actualité
Actualités

PRÉÉCLAMPSIE: Les promesses de l'antidiabétique metformine

Actualité publiée il y a 4 années 4 semaines 10 heures
American Journal of Obstetrics and Gynecology

Les promesses de cet antidiabétique bien connu, la metformine, pour prévenir cette complication majeure de la grossesse, la prééclampsie, sont documentées par cette étude de l'Université de Melbourne. Les conclusions, présentées dans l'American Journal of Obstetrics and Gynecology révèlent cet autre potentiel du médicament, déjà utilisé pour traiter le diabète chez les femmes enceintes, et donc dont l’innocuité durant la grosssesse est déjà démontrée.

La prééclampsie, qui touche environ 5 à 8% des grossesses, est l'apparition d'une hypertension artérielle et de protéines anormales dans l'urine après la 20e semaine de grossesse. Cette maladie de la grossesse a ses origines dans le développement insuffisant du placenta pendant le premier trimestre, mais se révèle en général à un stade proche du terme, entraînant alors cette pression artérielle élevée et cette protéinurie. L'approvisionnement sanguin insuffisant vers le placenta provoque des dommages à cet organe, ce qui conduit à la libération de toxines dans le sang maternel, provoquant l'hypertension artérielle et des dommages à plusieurs organes, comme le foie, le cerveau et les reins. Le syndrome peut être dangereux pour la mère et l'enfant à naître, dont le risque de faible poids de naissance, de retard de croissance et de mort fœtales. Cette condition fait partie des principales causes de mortalité maternelle : la prééclampsie entraîne environ 100 décès maternels et 400 décès périnataux dans le monde chaque jour. Jusqu'à présent, le seul traitement de la pré-éclampsie est l'accouchement.


De précédentes recherches ont montré que la pré-éclampsie est un trouble des cellules endothéliales (de la couche interne des vaisseaux sanguins). 2 des toxines produites par le placenta (VEGFR1 (vascular endothelial growth factor receptor 1) et endogline) s'élèvent en cas de pré-éclampsie, endommagent les cellules endothéliales, ce qui entraîne toute une série de dysfonctionnements. Aujourd'hui, il n'existe pas de médicaments pour réduire la production de ces toxines pour une utilisation clinique chez la femme enceinte. Cette équipe de chercheurs de Melbourne montre ici, in vitro, que le médicament metformine diminue la production de ces 2 toxines et favorise la « guérison » des vaisseaux sanguins blessés.

Le Dr Fiona Brownfoot, auteur principal de l'étude, estime qu'à la lumière de ces résultats, des essais cliniques doivent être menés pour vérifier l'efficacité de la metformine pour traiter les femmes atteintes de prééclampsie. De nouvelles données qui élargissent encore le spectre des bénéfices de la metformine, non seulement dans le diabète, mais aussi dans la maladie des ovaires polykystiques et contre le cancer.

Autres actualités sur le même thème