Vous recherchez une actualité
Actualités

PRÉMATURITÉ : Les fortifiants du lait maternel plus bénéfiques pour les « premies »

Actualité publiée il y a 9 mois 3 semaines 2 jours
Neonatology Today
PRÉMATURITÉ : Un ingrédient fortifiant du lait maternel pour les « premies » (Visuel Adobe Stock 49522430)

Ces chercheurs de l’Université du Missouri-Columbia et de l’University College London démontrent avec cette méta-analyse de la littérature, qu’il est plus bénéfique pour leur croissance, d’alimenter les nouveau-nés prématurés avec du lait maternel enrichi avec un ingrédient du lait maternel plutôt qu’avec les fortifiants traditionnels issus du lait de vache. Cette analyse des données de plus de 450 bébés prématurés confirme ici, dans la revue Neonatalogy Today, que l’enrichissement avec des fortifiants du lait maternel apporte de meilleurs résultats de santé et réduit le risque de complications fréquentes de la prématurité.  

 

15 millions de bébés naissent prématurément dans le monde et les complications associées constituent la principale cause de mortalité chez les enfants de moins de 5 ans. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) rappelle que les 3 quarts de ces complications pourraient être évités, par des interventions courantes, dont une meilleure nutrition. Plus de 380 000 bébés naissent prématurément aux États-Unis chaque année, rappellent aussi ces chercheurs américains, avec en général, une insuffisance pondérale, une difficulté à obtenir les nutriments dont ils ont besoin à partir du lait maternel seul. Les unités de soins intensifs néonatals (USIN) ajoutent alors un agent fortifiant au lait, soit sous forme de lait de vache, soit à partir de lait maternel de donneuse.

L'utilisation de fortifiants issus du lait humain apporte de meilleurs résultats

Les fortifiants extraits de lait maternel humain se confirment plus bénéfiques à la croissance et à la santé des bébés prématurés par rapport aux fortifiants issus du lait de vache, selon cette méta-analyse portant sur plus de 450 bébés prématurés à faible poids de naissance, nés au Canada et en Autriche qui ont reçu soit des fortifiants de lait de vache traditionnels, soit des fortifiants de lait humain : en particulier,

  • les bébés nourris avec des fortifiants de lait de vache ont un risque multiplié par 3 de développer une entérocolite nécrosante (une maladie intestinale pouvant être mortelle),
  • un risque plus que multiplié par 2 de développer une rétinopathie du prématuré, une condition proliférative qui touche les vaisseaux sanguins de la rétine et peut entraîner la cécité.

 

Les auteurs rappellent que près de la moitié des USIN aux États-Unis utilisent déjà des fortifiants de lait à base humaine. Il reste à convaincre les 50% restants.

Autres actualités sur le même thème