Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

PRESSION ARTÉRIELLE : Moins de plomb, moins de tension ?

Actualité publiée il y a 4 mois 1 semaine 6 jours
JAHA
En associant une diminution des niveaux de plomb dans le sang à une baisse de la tension artérielle, cette équipe de biologistes et de cardiologues de la Columbia University Mailman School of Public Health a peut-être identifié une nouvelle voie d’amélioration (en cours) de la santé cardiovasculaire (Visuel Adobe Stock 605005508)

En associant une diminution des niveaux de plomb dans le sang à une baisse de la tension artérielle, cette équipe de biologistes et de cardiologues de la Columbia University Mailman School of Public Health a peut-être identifié une nouvelle voie d’amélioration (en cours) de la santé cardiovasculaire. L’étude, publiée dans le Journal of the American Heart Association (JAHA), montre que cette baisse de plombémie pourrait avoir des implications considérables, en population générale.

 

« C'est une victoire énorme pour la santé publique », relève l’un des auteurs principaux, Anne E. Nigra, professeur de sciences de la santé environnementale à la Columbia. Ces travaux révèlent que même de légères réductions sur 10 ans des taux de plomb dans le sang sont corrélées à des améliorations de la santé cardiovasculaire

 

L’étude analyse les données de la cohorte Strong Heart Family conclut que de légères baisses de la plombémie sont associées à des améliorations de la santé cardiovasculaire soit une baisse de la tension artérielle systolique pouvant atteindre 7 mm Hg, baisse comparable aux effets des médicaments antihypertenseurs. La recherche est menée auprès de 285 participants amérindiens, dont les niveaux de plomb dans le sang ont été mesurés et les valeurs de tension artérielle suivies au fil du temps. Les participants ont également subi des examens médicaux, notamment des échocardiographies pour évaluer la structure et la fonction cardiaque. De nombreux facteurs de confusion possibles ont été pris en compte, dont socioéconomiques et antécédents médicaux et cardiovasculaires. L’analyse révèle :

  • à l’inclusion, une plombémie moyenne de 2,04 µg/dL ;
  • une baisse de la plombémie moyenne de 0,67 µg/dL, soit 33 % durant le suivi ;

  • une association entre les baisses les plus importantes de la plombémie et une réduction pouvant atteindre 7 mm Hg de la pression artérielle systolique ;
  • une association entre la baisse de la plombémie dans le sang, et des réductions d'un marqueur associé à la cardiomyopathie hypertrophique et à l'insuffisance cardiaque.

Une légère baisse de la plombémie fait ainsi autant que les médicaments antihypertenseurs

Réduire les niveaux de plomb dans le sang des populations est donc une nouvelle voie d’amélioration de la santé cardiovasculaire, en population générale, et tous les efforts accomplis pour réduire les teneurs en plomb de nombreux produits du quotidien (peinture, essence, eau, plomberie, conserves...) et dans l’environnement doivent absolument être poursuivis.

 

Il se trouve que les communautés amérindiennes sont exposées de manière disproportionnée à des niveaux élevés de plomb et d'autres métaux par rapport à la population générale américaine, ce qui explique l’échantillon de l’étude,

cependant ces données appellent à confirmer cette association entre plombémie sanguine et tension artérielle chez d'autres groupes de population.


Autres actualités sur le même thème