Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

PROBIOTIQUES et BACTÉRIÉMIE : Parfois les bonnes bactéries se font très mauvaises

Actualité publiée il y a 1 mois 2 semaines 2 jours
Emerging Infectious Diseases
Les probiotiques offrent de nombreux avantages pour la santé, mais leurs effets indésirables peuvent parfois conduire à une bactériémie (Visuel Adobe Stock 588038397)

Les probiotiques offrent de nombreux avantages pour la santé, mais leurs effets indésirables peuvent parfois conduire à une bactériémie, une condition dans laquelle les bactéries circulent dans le sang dans tout le corps. Une équipe de biologistes de l’Université d’Osaka confirme dans la revue Emerging Infectious Diseases que les souches responsables de bactériémie sont, en effet, dérivées de probiotiques. Les probiotiques aussi peuvent entraîner des effets indésirables, ils doivent donc être prescrits à bon escient et pour les bonnes indications.  

 

Pour exemple, la Clostridium butyricum (C. butyricum) MIYAIRI 588 est couramment utilisée comme probiotique, cependant la souche peut aussi induire une bactériémie et la prévalence et les caractéristiques de la bactériémie provoquée par cette bactérie, ainsi que son profil bactériologique et génétique, restent inconnus.

Un lien certain entre l’utilisation de probiotiques et le risque de bactériémie

L’étude révèle par séquençage du génome entier des bactéries issues de patients hospitalisés atteints de bactériémie, que toutes les souches de C. butyricum identifiées en cas de bactériémies sont dérivées de probiotiques. Précisément, de septembre 2011 à février 2023, l’hôpital universitaire d’Osaka a documenté 6.576 cas d’hémocultures positives.

 

  • C. butyricum a été détecté dans 5 de ces cas.

 

Le séquençage du génome entier a révélé que :

 

  • les 5 souches de C. butyricum responsables de la bactériémie étaient dérivées de probiotiques ;
  • dans 2 de ces 5 cas, aucune raison claire justifiant une prise orale appropriée de probiotiques n’a pu être identifiée ;
  • 1 des patients est décédé dans les 90 jours suivant le diagnostic de la bactériémie.

 

L’auteur principal, Ryuichi Minoda Sada, conclut que « si les probiotiques peuvent apporter de nombreux avantages pour la santé, ils peuvent également entraîner des effets indésirables rares mais graves.

Le risque de bactériémie résultant de l'utilisation de probiotiques, en particulier chez les patients hospitalisés, nécessite des pratiques de prescription rigoureuses »

En conclusion, ces résultats suggèrent d’éviter la prescription inutile et inutile de probiotiques, notamment chez les patients hospitalisés sous traitement immunosuppresseur.

Plus sur le Blog Microbiote

Autres actualités sur le même thème