Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

PROTHÈSES ARTICULAIRES : Les D-dimères pour détecter l’infection

Actualité publiée il y a 1 année 3 mois 2 semaines
The Journal of Bone & Joint Surgery
Ces produits de la fibrine, la principale composante des caillots sanguins, les D-dimères se révèlent un bon indicateur d’infection des prothèses articulaires (Visuel Adobe Stock 319612966).

Ces produits de la fibrine, la principale composante des caillots sanguins, les D-dimères se révèlent ici un bon indicateur d’infection des prothèses articulaires. Avec cette confirmation, documentée dans le Journal of Bone & Joint Surgery, cette équipe de chirurgiens orthopédiques du Rothman Orthopaedic Institute de la Thomas Jefferson University (Philadelphie) vient de franchir une étape clé dans la surveillance et la détection de l'infection de prothèse articulaire, une complication dévastatrice de l’arthroplastie totale de la hanche ou du genou et l'une des principales causes d'échec de l'implant.

 

La mesure des D-dimères plasmatiques confirme en effet « une précision diagnostique comparable » à celle des autres tests couramment utilisés pour détecter cette infection, et même « dans certaines situations, surpasse les tests standard » explique l’un des auteurs principaux, le Dr Javad Parvizi, du Rothman Orthopaedic Institute.

Les D-dimères pour poser le diagnostic d’infection ?

En effet, ce diagnostic peut être « extrêmement difficile », car il n’existe actuellement aucun test n’apportant « une précision absolue » pour détecter la présence d’une telle infection.

 

2 marqueurs courants de l'inflammation sont utilisés :

  • la protéine C-réactive (CRP)
  • la vitesse de sédimentation des érythrocytes ou globules rouges (VS).

 

Cependant, ces 2 tests ont des limites, notamment un taux élevé de faux-négatifs en présence d’infection de prothèse articulaire.

 

Les D-dimères plasmatiques constituent un test déjà utilisé, mais pour certains troubles liés aux caillots sanguins. Cependant, ils forment également un marqueur d'infection et leur utilisation a déjà été validée dans le diagnostic de ces infections. Cependant, de récentes études ont soulevé des interrogations sur leurs performances diagnostiques.

 

L’étude a comparé les niveaux de D-dimères plasmatiques et d'autres tests pour le diagnostic de l’infection de prothèse, chez 502 patients suivis durant 4 ans et ayant subi une arthroplastie du genou ou de la hanche. Des prélèvements sanguins ont été effectués immédiatement avant la chirurgie afin d’évaluer les taux de D-dimères, de CRP, la VS et les niveaux de fibrinogène.

 

  • 23 % des patients ont été diagnostiqués comme atteints d’une infection de prothèse articulaire (selon les critères de la réunion internationale de consensus de 2018) ;
  • les 4 tests comparés montrent une précision comparable pour le diagnostic de l’infection de prothèse ;
  • la sensibilité ou capacité à détecter l’infection lorsqu'elle est présente atteint 81,3 % pour les D-dimères, 90,4 % pour la CRP, 73,9 % pour la VS et 74,7 % pour le fibrinogène :
  • la spécificité ou précision sur l’absence d’infection atteint 81,7 % pour les D-dimères, 70,0 % pour la CRP, 85,2 % pour la VS et 75,4 % pour le fibrinogène. Pour les 4 marqueurs, les valeurs sont plus élevées pour les patients qui ont développé une infection.

 

Ainsi, les  niveaux de D-dimères constituent un marqueur d’infection de prothèse articulaire, de précision au moins comparable et parfois supérieure aux tests standards actuellement utilisés en routine clinique.

 

Un avantage diagnostique chez certains groupes de patients : une sous-analyse qui excluait les patients souffrant de certaines comorbidités caractérisées par une inflammation, le test D-dimères surpasse les tests actuels. En particulier, lorsque l’infection est induite par des pathogènes à croissance lente, le test D-dimères apporte une meilleure sensibilité et une meilleure spécificité.

 

Ainsi, cette étude prospective confirme la valeur des tests D-dimères à poser ce diagnostic souvent difficile, de l’infection de prothèse articulaire.  

« Nous montrons que les D-dimères plasmatiques ne sont pas inférieurs aux autres marqueurs sériques pour ce diagnostic et peuvent donc être une option complémentaire très utile lors du dépistage des patients subissant une arthroplastie ».

Plus sur le Blog Diagnostic

Autres actualités sur le même thème