Vous recherchez une actualité
Actualités

PSYCHOSE : Le score polygénique qui permet son diagnostic à 2 ans

Actualité publiée il y a 2 mois 2 jours 23 heures
American Journal of Psychiatry
Ce score de risque polygénique permet d’améliorer la prévision du risque de psychose

Ce score de risque polygénique, développé par une équipe de l'Université de Caroline du Nord (UNC), permet d’améliorer la prévision du risque de psychose, chez les patients répondant aux critères de risque clinique élevé. Ce score basé sur des données d'études d'association pangénomique (GWAS) qui pourrait faciliter le développement et le ciblage éventuel d'interventions en prévention, est documenté dans l'American Journal of Psychiatry.

 

Des équipes de recherche ont déjà proposé de tels tests polygéniques pour identifier les patients atteints de schizophrénie. Mais cette étude est la première à indiquer qu’un tel score peut prédire le développement de la psychose à 2 ans, souligne l’auteur principal, le Dr Diana O. Perkins, professeur de psychiatrie à l'UNC School of Medicine.

Un génotypage pour prévoir le risque de schizophrénie à court terme

La schizophrénie affecte environ 1% des adolescents et des jeunes adultes. 15 à 25% des patients présentant les critères de diagnostic clinique correspondant à un risque de psychose, vont développer la maladie dans les 2 années qui viennent. Chez ces patients, le risque de psychose à 2 ans est estimé comme 200 fois plus élevé que le risque en population générale, cependant, aujourd'hui il est impossible de prédire quels patients doivent faire l’objet d’interventions préventives.

 

A travers des études d'association à l'échelle du génome (GWAS), l’équipe a pu mettre au point ce score de risque de schizophrénie et plus largement de psychose chez les personnes répondant aux critères cliniques du risque élevé. Ce score « fonctionne » bien chez des personnes d’ascendance européenne et il reste encore à l’adapter aussi pour les patients non-Européens.

 

Le dépistage du risque de psychose en est à ses débuts, mais ces travaux marquent une étape importante; compte-tenu des coûts aujourd’hui abordables et de l’accès élargi au génotypage, ce score pourrait être développé et appliqué dans un futur proche en pratique clinique.

Autres actualités sur le même thème