Vous recherchez une actualité
Actualités

RGO : Il accroît le risque de cancer de l’œsophage

Actualité publiée il y a 2 mois 1 semaine 3 jours
Cancer
Le reflux gastro-œsophagien (RGO) est une affection courante qui touche environ un tiers de la population des pays riches (Visuel Adobe stock 176650546)

Le reflux gastro-œsophagien (RGO) est une affection courante qui touche environ un tiers de la population des pays riches. Au-delà de ses symptômes, principalement des brûlures d’estomac, ce reflux acide peut aussi être un facteur de risque de cancer du larynx et de l'œsophage, souligne cette équipe du National Cancer Institute, une entité des National Institutes of Health (NIH). Ces conclusions, issues de l'analyse des données de près de 500.000 participants, documentées dans Cancer, la revue de de l'American Cancer Society, incitent au traitement du RGO et à la surveillance des personnes qui en souffrent.

 

Il s’agit ici d’une très vaste étude prospective qui démontre que l'acide gastrique en retournant dans l'œsophage, peut endommager les tissus et être un facteur de risque, somme toute courant, d’adénocarcinome de l'œsophage.

17% des cancers du larynx et de l'œsophage pourraient être liés au RGO.

L’analyse des données de 490.605 participants à la NIH-AARP Diet and Health Study, âgés de 50 à 71 ans montre que :

  • 24% des participants ont des antécédents de RGO ;
  • au cours des 16 premières années de suivi, 931 patients (soit 2 ‰ ) ont développé un adénocarcinome de l'œsophage,
  • 876 un carcinome épidermoïde du larynx,
  • 301 un carcinome épidermoïde de l'œsophage.
  • Les participants de RGO présentent un risque environ 2 fois plus élevé de développer chacun de ces types de cancer ;
  • cette augmentation du risque associée au RGO est similaire quels que soient le sexe, les antécédents de tabagisme et la consommation d'alcool : cela suggère que le RGO est un facteur indépendant et plutôt puissant de cancer de l’œsophage ou du larynx.
  • les chercheurs ont pu reproduire ces résultats sur un sous-ensemble de données de 107.258 adultes, issues de Medicare ;
  • finalement, l’analyse estime que près d’un cancer du larynx et de l'œsophage sur 5 pourrait être liés au RGO.

 

Si ces données doivent encore être confirmées -et le processus RGO-Cancer mieux compris-, elles incitent les patients à consulter en cas de RGO et posent la question de l’impact des traitements visant les symptômes du RGO sur le risque de cancer de l’œsophage.  

Autres actualités sur le même thème