Actualités

RISQUE CARDIAQUE induit par l’OBÉSITÉ : Il peut être totalement inversé par la perte de poids

Actualité publiée il y a 8 mois 1 semaine 3 jours
Diabetologia
Une perte de poids conséquente peut inverser certains risques de maladie cardiaque associés à l'obésité (Adobe Stock 159095801)

Alors que la prévalence de l’obésité atteint 40 % chez les adultes américains, que le poids corporel est directement associé à presque tous les facteurs de risque cardiovasculaire, que ces facteurs augmentent le risque de maladie cardiaque, d'accident vasculaire cérébral et de décès, que devient ce risque lorsqu’une personne obèse perd du poids et regagne un poids santé ?

Réponse : une perte de poids conséquente peut inverser certains risques de maladie cardiaque associés à l'obésité, conclut cette analyse transversale en population adulte américaine présentée lors de la réunion annuelle de l'Association européenne pour l'étude du diabète (EASD) et publiée dans la revue Diabetologia.

 

Les résultats indiquent précisément que les risques d'hypertension artérielle (HTA) et de dyslipidémie (taux élevés de cholestérol ou d'autres graisses dans le sang) sont similaires chez les participants qui souffraient d'obésité mais qui ont repris un poids santé et ceux qui ont toujours maintenu un poids santé. Juste un bémol : si le risque de diabète de type 2 diminue avec le poids, il reste plus élevé chez les personnes qui souffraient d'obésité.

La perte de poids est difficile mais vitale

L’équipe de la St George’s University (Grenade) a analysé les facteurs de risque cardiovasculaire chez 20.271 adultes âgés de 20 à 69 ans, en comparant les niveaux de risque de

  • 326 personnes auparavant obèses mais ayant retrouvé un poids santé depuis au moins 1 an,
  • 6.235 participants ayant toujours conservé un poids santé,
  • 13.710 participants toujours obèses.

 

L’analyse de ces données issues de la cohorte NHANES révèle que :

  • les adultes auparavant obèses étaient en moyenne plus âgés que ceux qui n'avaient jamais été obèses,
  • les adultes auparavant obèses étaient en moyenne plus susceptibles de fumer des cigarettes,
  • le risque d'hypertension artérielle et de dyslipidémie est similaire chez les participants auparavant obèses et ceux qui ont toujours maintenu un poids santé. En revanche chez les participants obèses, le d'hypertension artérielle et de dyslipidémie est multiplié par 3 ;
  • vs les participants ayant toujours maintenu un poids santé, les participants auparavant obèses présentent un risque de diabète 3 fois plus élevé et les personnes actuellement obèses, 7 fois plus élevé.

 

« En résumé, la perte de poids est alors nécessaire pour la santé cardiovasculaire »,

conclut l’auteur principal, le Pr Maia Smith de l'Université St George.

 

Enfin, il s’agit bien dans cette étude, d’associations d'observation plutôt que de relations de cause à effet, et il reste possible que d’autres facteurs indirectement associés à la perte de poids, comme les apports ou les habitudes alimentaires ou encore la pratique de l’activité physique puissent également influer sur le risque cardiovasculaire.

Autres actualités sur le même thème