Vous recherchez une actualité
Actualités

RISQUE CARDIAQUE: Les infirmières hypertendues ne devraient pas manipuler les patients

Actualité publiée il y a 4 années 4 mois 3 semaines
European Journal of Preventive Cardiology

Les femmes hypertendues qui occupent des emplois physiquement exigeants présentent un risque de maladie cardiaque multiplié par 3, explique cette étude de l'Université du Danemark du Sud. Par emploi physiquement exigeant, les chercheurs entendent les activités comprenant de la manutention, le levage et le portage de charges lourdes. Ces conclusions, présentées dans l’European Journal of Preventive Cardiology, alertent sur la nécessité d’une surveillance cardiaque, chez les femmes hypertendues qui doivent porter des charges lourdes.


Soulever ou porter provoque une augmentation de la pression artérielle qui peut, en cas d'hypertension artérielle, déclencher un événement cardiovasculaire, rappellent les auteurs qui ont souhaité évaluer précisément ce risque chez les femmes, ici des infirmières.

L'étude menée auprès de 12.093 infirmières participant à la cohorte Danish Nurse Cohort Study a recueilli par questionnaire les données de pression artérielle et d'efforts physiques au travail. Le poste occupé a été classé comme sédentaire, modérément physique (en cas de postures debout et de marche) et physiquement éprouvant (posture debout, marche, levage etc…). Le risque cardiaque des participantes souffrant d'hypertension et devant effectuer des efforts physiques importants au travail a été comparé vs les participantes ayant une pression artérielle normale et une activité physique modérée au travail. Au cours de la période de suivi de 15 ans,

· 580 participantes ont développé une maladie cardiaque ischémique.

· 12% ont déclaré avoir l'hypertension.

· Une activité physiquement éprouvante est signalée chez 46,3% des infirmières participantes, modérée chez 34,4% et faible dans 19,3%.

Ø L'analyse montre que les participantes hypertendues et ayant un travail physiquement éprouvant (levage, portage, manipulation) présentent un risque près de 3 fois plus élevé de maladie cardiaque ischémique que les participantes à pression artérielle normale et ayant un travail modérément physique.

· Les participantes qui ont une pression artérielle normale et un travail prouvant ont également un risque accru, mais légèrement, d'environ 20%, de maladie cardiaque, cependant, après ajustement avec les facteurs de confusion possibles, cette augmentation du risque n'est plus statistiquement significative.

Hypertension et effort physique combinés augmentent ainsi chez les femmes, de manière spectaculaire, le risque d'événement cardiaque ischémique (rétrécissement des artères, apport sanguin insuffisant). Les chercheurs estiment à :

· 5 cas supplémentaires/10.000 années-personnes, l'effet de l'effort physique intense au travail

· 15 cas supplémentaires/10.000 années-personnes, l'effet de l'hypertension,

· 60 cas supplémentaires/10.000 années-personnes, l'effet de la combinaison hypertension + effort physique intense au travail.

L'interaction de ces 2 facteurs démultiplie ainsi leurs effets d'augmentation du risque cardiaque. L'explication passe par l'athérosclérose favorisée par ces 2 facteurs. De plus, certains efforts physiques comme le levage et le transport de charges lourdes (comme le déplacement de patients par exemple), peut entraîner une élévation aiguë de la pression artérielle nocive chez les personnes souffrant d'hypertension. Bref de conclusions qui peuvent intéresser toutes les femmes actives, dont les infirmières et en particulier celles qui souffrent d'hypertension.

Autres actualités sur le même thème