Vous recherchez une actualité
Actualités

SANTÉ de l’ENFANT : Plus d’arbres, plus de sources naturelles et moins de maladies

Actualité publiée il y a 1 année 11 mois 4 semaines
Narure Communications
Les enfants qui ont le grand accès aux sources d’eau naturelles et à la plus grande couverture arborée ont moins de risque de maladies

Cette analyse de big data réalisée par une équipe de l’Université du Vermont au niveau mondial, confirme le lien fort entre l’environnement de vie et les résultats de santé : cette étude des données de 300.000 enfants de 35 pays en développement (Afrique, Asie du Sud, Amérique du Sud, Caraïbes, Bangladesh, Philippines, Nigéria, Colombie et République démocratique du Congo) révèle (ou confirme) que les enfants qui ont le grand accès aux sources d’eau naturelles et à la plus grande couverture arborée ont moins de risque de maladie, ici diarrhéique- soit la seconde cause de mortalité infantile avant l’âge 5 ans. Un appel aux gouvernements à préserver les atouts naturels de l'environnement, notamment les bassins et les sources d'eau naturels, en complément des améliorations de l'assainissement et de l'accès à l'eau potable.

 

 

  • Cette étude, la première à quantifier, à l'échelle mondiale, le lien entre 2 caractéristiques majeures de l’environnement de vie, l’eau et les arbres, et les résultats individuels de santé des enfants, confirme aussi de manière plus immédiate qu’un bassin hydrographique en amont sain réduit considérablement le risque de diarrhée, un bon point comparable à l'amélioration de l'assainissement de l'eau ou encore de la plomberie intérieure ou des toilettes.
  • L’étude est également la première à analyser une nouvelle base de données massive qui permet une approche bid data pour identifier les liens entre la santé humaine et l'environnement, à l'échelle mondiale. La base de données comprend 30 années d'enquêtes démographiques et de santé de l'USAID (l’Agence des États-Unis pour le développement international), portant sur 500.000 foyers, avec 150 variables par foyer, plus une foule de données spatiales sur l'environnement.

 

Les arbres ne sont pas plus importants que les toilettes ou la plomberie intérieure, « cependant nos résultats montrent clairement que les forêts et autres systèmes naturels peuvent venir compléter les systèmes traditionnels d'assainissement de l'eau et contribuer à compenser le manque d'infrastructure », explique l’un des auteurs, Diego Herrera, ex-chercheur à l’UV et aujourd’hui à l’Environmental Defence Fund. Des résultats enfin qui devraient inciter les gouvernements et les agences sanitaires à améliorer la santé par l'environnement dans le monde entier.

 

Rappelons que selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), 1 décès pédiatrique sur 4 est attribuable à un environnement malsain. Plus de 360.000 enfants meurent de maladies diarrhéiques chaque année en raison d’un mauvais accès à l'eau potable, à l'assainissement et à l'hygiène.

Autres actualités sur le même thème