Vous recherchez une actualité
Actualités

SCHIZOPHRÉNIE : Une thérapie assistée par ordinateur soulage les hallucinations

Actualité publiée il y a 1 année 11 mois 3 semaines
The Lancet Psychiatry
La thérapie par avatar se révèle ici efficace à court terme

Ce traitement par ordi semble aider les personnes atteintes de schizophrénie à réduire leurs hallucinations, selon ces travaux de chercheurs britanniques. Associer à des « voix » un personnage sous forme d’avatar et apprendre à le défier et à le dominer apporte en effet des effets bénéfiques à court terme. Ces conclusions, présentées dans le Lancet Psychiatry apportent probablement une thérapie complémentaire innovante et intéressante, à combiner aux traitements plus conventionnels de la maladie. D'autant que la thérapie est simple à mettre en oeuvre en routine clinique.

 

La schizophrénie, une psychose principalement caractérisée par des visions et des hallucinations, touche environ 1 personne sur 100 au cours de sa vie. Sa prévalence est plus élevée que celle de la maladie d’Alzheimer, 5 fois plus que la sclérose en plaques. Ses symptômes comprennent des hallucinations, des pensées confuses et des délires qui peuvent mettre la vie en danger.

Mais à 24 semaines, les 2 groupes atteignent des scores similaires.

 

Les chercheurs du King's College, de l'University College de Londres et de l'Université de Manchester ont mené cet essai contrôlé randomisé avec 150 patients souffrant de schizophrénie ou de troubles psychotiques, ayant des hallucinations auditives, un symptôme courant chez les personnes atteintes de schizophrénie. La moitié des participants ont bénéficié de séances de thérapie verbale et de soutien, dispensée par des psychologues spécialisés, l’autre moitié, d’une thérapie par « avatar » qui consistait à associer un visage virtuel à la voix entendue. En raison de la nature de la thérapie, il n’était pas possible de dissimuler aux médecins ou aux participants leur affectation au groupe thérapie par avatar ou au groupe de contrôle. Les participants ont suivi des séances hebdomadaires de 50 minutes pendant 6 semaines et ont été évalués pour leurs hallucinations, au début de l'étude, puis à nouveau à 12 et 24 semaines, à l’aide d’une échelle d'évaluation des symptômes psychotiques (PSYRATS-AH) en 44 points.

 

Dans le cadre de cette thérapie par avatar, le thérapeute travaillait avec les patients à défier l'avatar, dans le but de réduire son influence. Après 12 semaines, les participants du groupe thérapie par avatar montre une réduction significative de leurs symptômes et plus importante que les patients du groupe traitement standard. Cependant, à 24 semaines, ce bénéfice s’estompe, suggérant que l’intervention est efficace à court terme, mais devrait peut-être venir en combinaison avec le traitement standard.  Précisément :

  • les scores de départ dans les 2 groupes étaient d'environ 30 sur 44.
  • À 12 semaines, les personnes du groupe thérapie par avatar se situent à un score moyen inférieur de 3,82 points au score moyen du groupe témoin ;
  • mais à 24 semaines, les personnes du groupe standard ayant amélioré leurs scores, les participants du groupe thérapie par avatar ayant stabilisé leur score, les 2 groupes atteignent des scores similaires.

 

 

La thérapie semble donc prometteuse, sous condition d’être combinée aux prises en charge standard, cependant cette efficacité doit encore être validée chez un groupe plus important de patients schizophrènes.

Autres actualités sur le même thème