Vous recherchez une actualité
Actualités

SCLÉRODERMIE SYSTÉMIQUE : Le déséquilibre du microbiome intestinal en cause

Actualité publiée il y a 2 années 1 semaine 1 jour
BMJ Open Gastroenterology

Cette recherche de l’Université de Californie - Los Angeles (UCLA) établit et documente pour la première fois le lien entre le déséquilibre du microbiome intestinal et la sclérodermie systémique (ou sclérose sismique). Des données présentées dans le British Medical Journal (BMJ) Open Gastroenterology qui suggèrent les pistes de la modification du régime alimentaire, des probiotiques ou de la transplantation du microbiote pour améliorer la qualité de vie chez les patients atteints.

La sclérodermie systémique diffuse s'annonce, généralement, par 2 symptômes, le syndrome de Raynaud, lié à un arrêt temporaire de la circulation du sang, essentiellement au niveau des doigts et un symptôme intestinal, le reflux gastro-oesophagien (RGO). La maladie, auto-immune, entraîne une sclérose ou durcissement des tissus conjonctifs, d'abord aux extrémités du corps (mains ou pieds) qui réduit la mobilité des doigts et des articulations. La peau est fragilisée surtout au niveau des mains et certains gestes deviennent difficiles ce qui entraîne une difficulté à accomplir les tâches du quotidien. Cette sclérose de la peau peut ensuite s'étendre, jusqu'au visage, et toucher les reins, le cœur, les poumons et le tractus gastro-intestinal. Une précédente recherche de l'UCLA avait déjà suggéré l'existence d'un lien entre la maladie et un déséquilibre dans le microbiome intestinal.


L'étude a examiné la composition bactérienne gastro-intestinale de 3 groupes de 17 patients, l'un américain (UCLA) et l'autre norvégien (OSLO), atteints de sclérodermie + un groupe de 17 témoins en bonne santé. L'analyse montre chez des participants américains et norvégiens atteints, par rapport aux témoins en bonne santé, des niveaux plus élevés de certaines bactéries qui peuvent provoquer une inflammation (Fusobacterium - UCLA), et des niveaux inférieurs de bactéries censées protéger contre l'inflammation (Bacteroides (UCLA et Oslo), Faecalibacterium (UCLA) et Clostridium (Oslo)). Des niveaux accrus de Clostridium ont été associés à des symptômes moins sévères du tractus gastro-intestinal chez les groupes de personnes atteintes de sclérose systémique de l'UCLA et d'Oslo. Enfin, l'étude constate que les participants américains présentent un plus grand déséquilibre encore entre les mauvaises et les bonnes bactéries : les chercheurs expliquent ces différences par une combinaison de facteurs génétiques et alimentaires.

Des résultats qui semblent confirmer le rôle du microbiote intestinal dans le développement de la maladie. Des résultats qui suggèrent enfin que la restauration de l'équilibre bactérien intestinal par la modification du régime alimentaire par exemple, des probiotiques ou par transplantation du microbiote pourraient contribuer à réduire les symptômes gastro-intestinaux et améliorer la qualité de vie chez les patients atteints de sclérose systémique.

10 Apr 2017 doi:10.1136/bmjgast-2017-000134 Systemic sclerosis is associated with specific alterations in gastrointestinal microbiota in two independent cohorts

Retrouvez les dernières études scientifiques et médicales sur Microbiote Blog


Interstitiel resposorb

Autres actualités sur le même thème

Pages