Vous recherchez une actualité

Actualités

SCLÉROSE en PLAQUES : Bientôt un test sanguin de détection

Actualité publiée il y a 7 mois 1 semaine 4 jours
Analytical Methods
Il s’agit d'un simple test sanguin à la recherche de 2 biomarqueurs naturels associés à la SEP

Le processus diagnostique de la sclérose en plaques (SEP) qui nous est proposé par cette équipe de l’Université de Huddersfield (UK) pourrait permettre d’éviter à moyen terme, la procédure invasive et douloureuse de collecte de liquide du cerveau et de la colonne vertébrale puisqu’il s’agit d’une analyse de sang, à la recherche de 2 biomarqueurs naturels associés à la maladie. Cet outil, présenté dans la revue Analytical Methods, encore expérimental apporte la preuve de concept d’un diagnostic possible à partir d’un échantillon de sang.

 

Les biomarqueurs en question sont la sphingosine et la dihydrosphingosine, qui sont présents à des concentrations significativement plus faibles dans les échantillons de sang de patients atteints de SEP. « La détection de ces sphingolipides dans le plasma sanguin permet le suivi non invasif de ces composés et des composés apparentés », expliquent les chercheurs dans leur communiqué. Au-delà de l’outil diagnostique, cette recherche qui permet de mieux cerner le rôle des 2 composés pourrait contribuer au développement de nouveaux médicaments.

Les biomarqueurs en question sont la sphingosine et la dihydrosphingosine, qui sont présents à des concentrations significativement plus faibles dans les échantillons de sang de patients atteints de SEP.

 

Ce test est l‘aboutissement d’une thèse de doctorat supervisée par les Prs Michael Page et Nicholas Powles de l'Université de Huddersfield, qui explore le potentiel analytique de logiciels chimiométriques sur les données de spectrométrie de masse qui peuvent être très complexes et porter sur des milliers de composés dans chaque échantillon. Ce type de logiciel permet en effet de comparer entre les différents échantillons les concentrations de chacun des composés et d’identifier des différences minimes, ces changements moléculaires dans le sang permettant de différencier ensuite des états pathologiques et de poser les diagnostics.

 

Diagnostiquer la SEP à partir d’un peu de plasma sanguin : ici, la technique mise au service de l'analyse d'échantillons de plasma provenant de patients souffrant de douleur neuropathique (NP) et dont certains souffraient également de SEP identifie des différences entre le sérum de patients exempts de SEP, atteints de SEP sans NP ou avec NP. C’est en fait une preuve de concept de la capacité, avec l’aide de ces logiciels, de diagnostiquer la SEP, avec ou sans douleur neuropathique, à partir d’un échantillon de plasma sanguin.

 

Si la technique reste à ce stade expérimentale, ces travaux apportent l’espoir de tests de routine plus simples et non invasifs.

Autres actualités sur le même thème

Pages