Vous recherchez une actualité
Actualités

SCLÉROSE en PLAQUES : Fractalkine, la protéine qui réveille la myéline

Actualité publiée il y a 3 semaines 4 jours 1 heure
Stem Cell Reports
Une molécule, appelée fractalkine, présente dans le cerveau, aide à «réveiller» les cellules cérébrales productrices de myéline, ce qui est prometteur pour le traitement de certains troubles neurodégénératifs (Visuel Adobe Stock 398867984)

Une molécule, appelée fractalkine, présente dans le cerveau, aide à «réveiller» les cellules cérébrales productrices de myéline, ce qui est prometteur pour le traitement de certains troubles neurodégénératifs, en particulier pour la sclérose en plaques (SEP). Cette étude, menée à l'Université de l'Alberta, publiée dans la revue Stem Cell Reports, rappelle et éclaire également le rôle clé de cellules nerveuses spécifiques, les oligodendrocytes.

 

La sclérose en plaques est caractérisée par a destruction progressive de la myéline, la substance isolante des nerfs. Sans cette gaine isolante, les impulsions nerveuses qui traversent le corps sont ralenties, ce qui entraîne des problèmes neurologiques. Bien qu'il existe des thérapies qui gèrent les symptômes ou tentent de ralentir la progression des maladies neurodégénératives, des traitements efficaces passeraient par la restauration de la myéline perdue. C’est la piste poursuivie avec la découverte de cette nouvelle molécule.

Relancer le processus de myélinisation

L’auteur principal, Anastassia Voronova, chercheur à l’Université de l'Alberta et professeur de génétique médicale et titulaire de la Chaire de biologie des cellules souches neurales, rappelle que les cellules souches neurales produisent une variété de cellules cérébrales, notamment des oligodendrocytes, un type de cellules du système nerveux central et du système nerveux périphérique.

Les oligodendrocytes sont les seules cellules du cerveau qui produisent de la myéline.

« Au cours du développement, ces cellules souches neurales construisent le cerveau. Dans le cerveau adulte, elles permettent de remplacer les cellules endommagées ou perdues, dont les oligodendrocytes. Cependant, surtout chez l'Homme, le remplacement des oligodendrocytes est très complexe ».

 

Réveiller les cellules souches neurales : l’équipe s’est donné pour objectif d'identifier des molécules capables de « réveiller » ces cellules souches neurales afin de reconstituer ces oligodendrocytes. Ces travaux révèlent que la fractalkine - une molécule dont on limitait jusque-là le rôle au système immunitaire- stimule de manière significative sensiblement la transformation des cellules souches neurales en oligodendrocytes.

Les chercheurs testent aujourd’hui sur la souris modèle de SEP, la capacité de la fractalkine à stimuler la remyélinisation via les oligodendrocytes. L’étape suivante consistera à tester cette capacité dans d'autres troubles neurodégénératifs.

 

« Nos travaux commencent tout juste à cerner le spectre complet de toutes les fonctions des oligodendrocytes. Concernant leur fonction de production de myéline, elle est particulièrement critique, car la myéline est diminuée dans toute une variété de troubles neurodégénératifs, ce qui rend l'idée d'améliorer la production d'oligodendrocytes, et donc la réparation de la myéline, si excitante ».

Autres actualités sur le même thème