Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

SÉDENTARITÉ : L'excès de sucre plus préjudiciable aux hommes ?

Actualité publiée il y a 1 année 6 mois 2 semaines
Endocrinology
Un mode de vie sédentaire et une alimentation sucrée est bien plus préjudiciable aux hommes (Visuel Adobe Stock 330982060)

Un mode de vie sédentaire et une alimentation trop sucrée serait bien plus préjudiciable aux hommes, conclut cette équipe de l’Université du Missouri-Columbia qui a invité ses participants à ne pratiquer à court terme qu'une activité réduite et à suivre un régime alientaire avec des apports excessifs en sucre. L’étude apporte, dans la revue Endocrinology, la première preuve chez l’Homme, que ces changements de mode de vie, même à très court terme, sont de nature à perturber la réponse à l'insuline des vaisseaux sanguins. C'est aussi la première démonstration d'une réponse différente des hommes et des femmes à ces changements de mode de vie.

 

La résistance à l'insuline vasculaire est une caractéristique de l'obésité et du diabète de type 2-qui contribue au risque de maladie vasculaire. Les chercheurs ont examiné la résistance à l'insuline vasculaire chez 36 hommes et femmes jeunes et en bonne santé en les exposant à 10 jours d'activité physique réduite et en les invitant à réduire leur nombre de pas de 10.000 à 5.000 pas par jour. Les participants ont également augmenté leur consommation de boissons sucrées à 6 canettes de soda par jour !

Les effets dramatiques d'un mode de vie riche en sucre et pauvre en exercice

L’auteur principal, le Dr Camila. Manrique-Acevedo, professeur agrégé de médecine, rappelle que « l'incidence de la résistance à l'insuline et des maladies cardiovasculaires est plus faible chez les femmes pré-ménopausées que chez les hommes ». Son équipe a donc cherché à comprendre comment les hommes et les femmes réagissent à une activité physique réduite et à une augmentation du sucre dans leur alimentation sur une courte période. L’expérience révèle que :

 

  • ce n'est que chez les hommes que ce mode de vie sédentaire et l'apport élevé en sucre entraînent une diminution du flux sanguin des jambes, stimulé par l'insuline, et une baisse d'une protéine appelée adropine, qui régule la sensibilité à l'insuline et est un biomarqueur important de maladie cardiovasculaire ;

 

Il existe donc une différence selon le sexe de processus de développement de la résistance à l'insuline vasculaire induite par l'adoption d'un mode de vie riche en sucre et pauvre en exercice. L’étude apporte en effet la première preuve chez l'Homme que la résistance à l'insuline vasculaire peut être provoquée par des changements de mode de vie à court terme et que le processus et la vitesse de développement de la résistance à l'insuline vasculaire varient selon le sexe.

 

Au bout de combien de temps ? Les chercheurs vont maintenant préciser la durée d'un tel mode de vie malsain, nécessaire au développement d'une résistance à l'insuline vasculaire et combien de temps aussi, il faut pour inverser, par un retour à un mode de vie sain, ces changements vasculaires et métaboliques.


Plus sur le Blog Diabète

Autres actualités sur le même thème