Actualités

L’HYPERTENSION, facteur de risque d’épilepsie

Actualité publiée il y a 9 mois 3 semaines 5 jours
Epilepsia
C’est une nouvelle illustration de l’importance de la santé cérébro-vasculaire dans la prévention des maladies neurologiques (Visuel Adobe Stock 115985691)

C’est une nouvelle illustration de l’importance de la santé cérébro-vasculaire dans la prévention des maladies neurologiques et une toute nouvelle donnée de santé : pour la première fois, l'hypertension artérielle (HTA) est documentée comme un facteur de risque d’épilepsie. Et un facteur majeur, alors que l'HTA peut plus que doubler le risque d'épilepsie. Cette étude qui révèle une association mais ne décrypte pas la relation de cause à effet, vient d’être publiée dans la revue Epilepsia.

 

L'étude a suivi, durant plus de 19 ans, 2.986 adultes âgés en moyenne de 58 ans, participant à la Framingham Heart Study et a recensé 55 nouveaux cas d'épilepsie. L'hypertension, définie comme la présence d'une pression artérielle élevée ou l'utilisation de médicaments antihypertenseurs s’avère liée à un risque d'épilepsie presque 2 fois plus élevé. Après avoir exclu les participants ayant une tension artérielle normale sous médicaments antihypertenseurs, l'hypertension est liée à un risque d'épilepsie 2,44 fois plus élevé.

L’HTA, un facteur de risque vasculaire d’épilepsie, prédictif  et évitable

L’un des auteurs principaux, le Dr Maria Stefanidou, de la Boston University School of Medicine relève que l’hypertension est également un facteur bien reconnu de nombreuses maladies, notamment cardiovasculaires, mais reste un facteur modifiable. Elle ajoute que « même si les études épidémiologiques ne peuvent montrer qu'une association et non une relation de causalité, cette observation permet d’identifier des sous-groupes de patients qui pourraient bénéficier d’interventions précoces pour réduire le fardeau de l'épilepsie à l’âge avancé".

 

Il reste tout de même à valider, sur un échantillon plus large de patients hypertendus et épileptiques, qu'une meilleure gestion de la pression artérielle, pourrait permettre de réduire la sévérité de l’épilepsie dont la fréquence des crises.  

Autres actualités sur le même thème