Vous recherchez une actualité
Actualités

SEXUALITÉ: L'absence de perspectives entraîne des choix plus risqués

Actualité publiée il y a 3 années 6 mois 3 semaines
Psychological Science

Lorsque nous sommes confrontés à des décisions risquées, nous choisissons généralement de diversifier nos choix afin d’éviter de mettre « tous nos œufs dans le même panier ». Cette recherche suggère que cette tendance est inversée quand il s’agit de s’engager avec un partenaire, intime et sexuel. Même après plusieurs échecs romantiques, la tendance générale sera de s’investir dans un nouveau partenaire en prenant encore plus de risque. 4 études, présentées dans la revue Psychological Science montrent l’association entre un environnement et un passé amoureux défavorables et une prise de risque plus élevée dans la recherche d’un nouveau partenaire. Bref, en amour, on retire en général, peu d’enseignement des expériences passées.

La difficulté de trouver le bon partenaire romantique entraine ainsi le choix d'options plus risquées en matière de partenaires, résume l'auteur principal, le Psychologue Joshua Ackerman de l'Université du Michigan. Les « facteurs environnementaux » (lieu de vie, âge, niveau socio-économique…) suggérant une difficulté à rencontrer un compagnon, vont conduire à un investissement dans des choix de partenaires plus risqués.


· Pour vérifier cette hypothèse, les chercheurs ont conçu une série d'expériences au cours desquelles ils manipulaient les chances de succès romantique en présentant aux participants des ratios défavorables de vie en couple, pour les femmes et les hommes. 3 photos d'hommes et de femmes, âgés de 18 à 35 ans, vivant dans la communauté locale ont été présentées à 93 participants. Les participants ensuite été invités à se rappeler combien d'hommes et de femmes apparaissaient dans chaque écran. Puis, les participants ont été invités à imaginer qu'ils achetaient des billets de loterie et à choisir une option, soit un billet à 10$ permettant peut-être de gagner 10.000 $ ou 10 billets d'1$ permettant chacun de gagner 1.000 $.

Ø Les participants qui ont été informés d'un ratio défavorable de vie en couple, choisissent l'option la plus risquée du billet de 10 $, vs ceux qui ont été informés d'un sex-ratio favorable.

· Dans une deuxième étude, 105 participants ont été invités à lire un article sur les tendances démographiques puis à investir dans différentes options financières. La lecture de données démographiques défavorables à leurs chances de rencontrer un partenaire est associée au choix de placements plus risqués. D'autres expériences ont été menées sur le même principe et,

Ø le comportement général des participants s'avère toujours orienté vers l'obtention de la plus grande récompense possible, quel que soit le risque encouru.

La raison telle qu'on la sollicite dans un choix économique par exemple, n'est pas celle qui prime dans la recherche de « l'accouplement », mais c'est néanmoins, une raison évolutive, explique l'auteur, car, finalement « du point de vue de l'évolution, si l'objectif est de tout faire pour trouver un partenaire, le choix le plus rationnel est de faire ce qu'il faut ». C'est l'hypothèse de départ de cette étude, et de manière positive, l'hypothèse que le recours à un choix à risque élevé et la recherche d'une récompense maximale, même dans des domaines autres que les relations amoureuses, peuvent aussi contribuer à se surpasser et à se démarquer des autres.

Une recherche anecdotique mais qui alerte chacun sur le risque « évolutif » de ces décisions à l'issue incertaine, notamment en matière de vie amoureuse.

Autres actualités sur le même thème