Vous recherchez une actualité
Actualités

SOIN des PLAIES: Le plastique magique qui réduit les changements de pansements

Actualité publiée il y a 3 années 3 mois 1 semaine
Journal of Chemical Sciences

Cette équipe de l'Université de Reading (UK) propose un nouveau polyuréthane prometteur, un « plastique auto-réparateur » avec de nombreuses utilisations possibles dans les soins de plaies. Une nouvelle barrière stérile, décrite dans le Journal of Chemical Sciences, non toxique et qui s’auto-régénère pour un usage longue durée.

Déjà largement utilisé dans certains dispositifs de soin, comme les bandes ou certains pansements primaires ou secondaires destinés aux plaies aiguës ou chroniques et dans les pansements aquaproof, le plastique ou polyuréthane a ses limites, car il est peu stable et durable. Cette fragilité implique des changements de pansements réguliers. Ces chercheurs britanniques proposent ici un nouveau type de « plastique » qui s'il est abîmé se régénère de lui-même pour se reconstituer en totalité.


Une forme révolutionnaire de plastique auto-réparateur : ce matériau prometteur, appelé polyuréthane supramoléculaire est le résultat d'années de recherche. Il se présente a priori comme un morceau ordinaire de plastique. Cependant, lorsqu'il est coupé ou sectionné, il se décompose en un état semi-liquide puis se reconstitue pour redevenir plus solide. En laboratoire, le matériau va ainsi se reconstituer à plus de 50% en seulement 30 minutes et à 100% en 60 minutes. Décrit comme « sécure » pour un usage humain, le matériau conserve ses propriétés d'autoréparation à des températures de 37 degrés Celsius.

De multiples utilisations dans le soin de plaies : ce super plastique peut en effet former une barrière stérile ne nécessitant pas de changements fréquents en raison de sa capacité auto-réparatrice. Il peut être façonné sous forme de maillage permettant une utilisation dans des pansements ou dans le cadre d'interventions chirurgicales. Sa nature non-toxique permet un usage de long terme et en contact direct avec le site de la plaie. Bref, si ce super-plastique doit encore faire ses preuves dans des études plus larges, il illustre les progrès continus des dispositifs de pansements.

Autres actualités sur le même thème