Vous recherchez une actualité
Actualités

SOMMEIL de l’ADO : Et si on retardait le début des cours ?

Actualité publiée il y a 1 année 5 mois 2 semaines
Sleep
Ici, un report d’1 heure du début des cours, fait passer de 6,9 % à 16% la proportion des jeunes qui obtiennent au moins 8 heures de sommeil par nuit.

Cette étude pose à nouveau la question des horaires de début des cours, souvent extrêmement tôt le matin et parfois avant même le lever du jour, et l’effet éventuel d’un début plus tardif sur la durée de sommeil des enfants et des adolescents. L’étude, menée à Singapour, en tête du classement mondial pour le suivi des acquis des élèves suggère à nouveau que retarder le début des cours permettrait vraiment d’améliorer le temps de sommeil, avec des bénéfices pour la santé mais aussi pour l’apprentissage. Ces conclusions sont à paraître dans la revue Sleep,

L'étude a regardé l'impact à court et à long terme d'un report de 45 min à 1 heure seulement du début des cours, sur le sommeil et le bien-être des adolescents. Alors que Singapour est reconnu pour le niveau de performance scolaire chez les jeunes de 15 ans, que les élèves et les étudiants vivent dans une culture où le succès, dont scolaire, est profondément enraciné, l’idée avec cette étude était également de montrer que le sommeil est facteur à part entière de cette réussite académique. Pourtant, jusque-là, pour atteindre ces niveaux académiques élevés, les horaires d’étude ont été renforcés et la durée de sommeil nocturne des élèves réduite en-deçà des 8 à 10 heures recommandées, avec l’émergence chez certains jeunes, de troubles cognitifs et psychologiques. Aujourd’hui, à Singapour, l'école commence généralement vers 7h30 du matin, soit une heure plus tôt que l'heure de début recommandée par l'American Academy of Pediatrics, l'American Medical Association et l'American Academy of Sleep Medicine.

 

Une première expérience : en juillet 2016, une école secondaire pour filles de Singapour retardait son heure de début des cours, de 7h30 à 8h15 du matin en restructurant son emploi du temps de manière à ne pas retarder la fin des cours. L’étude menée alors sur 375 participants montre que ce décalage du début des cours profite au sommeil et au bien-être des étudiants. Chez certains d’entre eux, au bout de 2 mois, la durée de sommeil se met à augmenter. Globalement, les chercheurs constatent des bénéfices en matière de santé mentale, de comportement prosocial et d'amélioration de l'attention.

 

Commencer plus tard, c’est dormir plus longtemps : une nouvelle étude indique que retarder d’une heure le début des cours entraîne au bout d’un mois, un retard d’endormissement de 9 mn mais un réveil de 32 mn plus tardif, ce qui permet d’augmenter la durée de sommeil de 23 mn. Les participants signalent une réduction de la somnolence perçue et une amélioration du bien-être. En particulier, cette augmentation de la durée du sommeil en particulier les soirs d'école s’avère associée à une plus grande amélioration de la vigilance et du bien-être. Ce report d’1 heure du début des cours, fait passer de 6,9 % à 16% la proportion des jeunes qui obtiennent au moins 8 heures de sommeil par nuit.

 

« Ainsi commencer l'école plus tard est faisable et entraîne des avantages durables », concluent les chercheurs. Nos études contribuent aux preuves empiriques recueillies par nos collègues de l'Ouest et plaident en faveur d’une adaptation de l’organisation scolaire au sommeil et au bien-être des jeunes.

Autres actualités sur le même thème