Vous recherchez une actualité
Actualités

STATINES et douleurs MUSCULAIRES : A chaque statine, ses effets secondaires

Actualité publiée il y a 7 mois 1 semaine 1 jour
Pharmacology Research and Perspectives
L'étude identifie une apparition de ces effets secondaires plus rapide avec les statines « à haute intensité »

Les statines ont fréquemment été associées à des douleurs musculaires et à d'autres effets indésirables musculosquelettiques (MAEs : musculoskeletal adverse events) chez certains patients. Cette étude présentée dans la revue Pharmacology Research & Perspectives qui a examiné le moment du développement et de l’apparition des MAE au cours du traitement et regardé l’influence éventuelle d’autres médicaments, identifie une apparition de ces effets secondaires plus rapide avec les statines « à haute intensité ». Une information précieuse pour le traitement des patients qui éprouvent ces effets.

 

L’étude a porté sur les données d’effets indésirables chez plus de 1.500 patients ayant reçu une prescription de statines (atorvastatine, rosuvastatine, simvastatine, lovastatine, fluvastatine, pitavastatine et pravastatine) extraites du fichier du système de déclaration des événements indésirables de l’Agence américaine Food and Drug Administration. L’analyse montre que :

  • la fréquence d'apparition des effets indésirables musculosquelettiques induits par les statines diffère d'une statine à l'autre : ces effets musculosquelettiques apparaissent significativement plus rapidement avec les statines à haute intensité (atorvastatine et rosuvastatine), vs simvastatine ;
  • l'utilisation concomitante de médicaments, y compris les médicaments pouvant également entraîne des effets indésirables similaires, n’influe pas sur le développement de ces symptômes musculaires.
  • L’incidence de ces effets musculosquelettiques s’avère plus élevée avec l'atorvastatine, suivie de la rosuvastatine et de la simvastatine, et le nombre de cas était supérieur à 400 au total pour les 3 statines (Voir tableau ci-dessous);
  • L’incidence de ces effets apparaît faible avec la pravastatine, la lovastatine, la fluvastatine et la pitavastatine. En particulier, seuls 16 cas ont été recensés pour la pitavastatine (voir tableau ci-dessous).

 

 

Les effets musculosquelettiques apparaissent entre 24 et 43 jours de traitement : le délai d'apparition des MAEs induits par l'atorvastatine et la rosuvastatine sont respectivement de 24 et 30 jours, donc plus court que ceux associés à la simvastatine (43 jours). Le délai d'apparition des MAEs induits par la pravastatine, la lovastatine et la fluvastatine est similaire à celui de la simvastatine, soit 40 jours en général.

 

Quel rapport MAEs/nombre de prescriptions ? Ces cas d’événements indésirables, dont le nombre est très probablement sous-estimé, devraient pouvoir être mise en rapport avec le volume de prescription des différentes statines. Ainsi les auteurs notent que le petit nombre de cas relevés avec la pitavastatine est probablement lié à la récence de la mise sur le marché du médicament.

 

Néanmoins, ces données d’événements indésirables associés aux différentes statines, un traitement très et de plus en plus largement prescrit, peuvent permettre aux cliniciens de mieux ajuster le traitement en fonction des résultats de santé et du mode de vie du patient et, à terme, de contribuer à renforcer l’innocuité de ces médicaments.

Autres actualités sur le même thème