Actualités

STÉATOSE HÉPATIQUE : TCA et troubles de la personnalité ?

Actualité publiée il y a 2 semaines 10 heures 7 min
BMC Gastroenterology
Il existe une  association entre la maladie du foie et certains troubles mentaux (Visuel Adobe Stock 603392360)

Cette équipe de l’Université de Birmingham est la première à révéler cette association entre la maladie du foie et certains troubles mentaux : ainsi, les patients atteints de stéatose hépatique non alcoolique sont plus susceptibles de souffrir de troubles de la personnalité. L’étude, publiée dans le BMC Gastroenterology constate également que, même si les patients NAFLD savent qu’ils doivent surveiller leur alimentation et faire de l’exercice pour contrôler la maladie, ils présentent fréquemment des troubles du comportement alimentaire (TCA).

 

La stéatose hépatique non alcoolique (Non Alcoholic Fatty Liver Disease : NAFL) est devenue la cause la plus fréquente de maladie hépatique chronique dans nos sociétés occidentales et explique en grande partie l’augmentation significative des décès liés au foie. Ainsi, environ 1 personne sur 3 dans les pays riches, souffre d’une stéatose hépatique. Alors qu’à ses débuts, les symptômes sont peu perceptibles, la maladie peut évoluer vers une cirrhose et une insuffisance hépatique, en particulier chez les patients à risque élevé tels que les diabétiques.

 

La NAFLD est un problème de santé mondial et une maladie complexe, aux multiples facettes, dont les principaux facteurs de risque sont l’obésité et la résistance à l’insuline. En raison de sa relation étroite avec l’obésité, la prévalence de la NAFLD constitue un défi majeur au même titre que la lutte contre l’augmentation des comorbidités et de la mortalité liées à l’obésité.

 

La stéatohépatite non alcoolique, une forme plus grave de NAFLD, caractérisée par une inflammation du foie est la cause la plus fréquente de cirrhose.

Stéatose hépatique et 3 x plus de risque de troubles de la personnalité

  • la principale conclusion est ce risque multiplié par 3 avec la stéatose hépatique, de troubles de la personnalité ;
  • en revanche, ni l'anxiété ni la dépression ne diffèrent de manière significative entre les groupes (NAFL ou témoins) ;
  • cependant la coexistence des 2 troubles, anxiété et dépression est fréquemment associée à la maladie hépatique chronique.

 

Quelles implications ? Les scientifiques appellent à soumettre ces patients atteints de NAFLD à un dépistage des troubles de la personnalité. Et lorsque de tels troubles de santé mentale sont diagnostiqués, ils devraient être traités simultanément aux changements de mode de vie qui font partie du traitement.

 

L’un des auteurs principaux, le Dr Jonathan Catling, de l'Université de Birmingham, ajoute : « Cette prévalence accrue de troubles de la personnalité chez les patients atteints de NAFLD est particulièrement frappante, ce qui suggère qu'il ne s'agit pas d'un problème associé à toutes les maladies du foie, mais précisément à la NAFLD ».

 

Renforcer la maîtrise de soi : les patients avec NAFLD sont conscients des effets bénéfiques des modifications du mode de vie, mais ne peuvent pas toujours apporter ces changements. Il existe ainsi un besoin urgent d'examiner aussi les attitudes de ces à l'égard du régime alimentaire et de la pratique de l'exercice, pour favoriser l’observance de ces changements bénéfiques de mode de vie. Les chercheurs soulignent un facteur déterminant de l’attitude d’un patient à l’égard de la perte de poids :

le « locus de contrôle » (LoC) interne et externe

soit le degré de contrôle que chacun croit avoir sur les événements de sa vie. Les patients présentant un LoC interne élevé perçoivent les événements de la vie comme le résultat de leurs propres actions et sont plus susceptibles de réussir et de maintenir leur perte de poids.

Plus sur le Blog Neuro
Plus sur le Blog Nutrition
Plus sur le Blog Obésité

Autres actualités sur le même thème