Vous recherchez une actualité
Actualités

STRESS PRÉNATAL: Pas forcément mauvais pour le bébé

Actualité publiée il y a 5 années 1 mois 1 semaine
Social Cognitive and Affective Neuroscience

Le stress, lorsqu’il n’est pas trop aigu ni chronique, peut favoriser le développement d’une résistance de l’organisme. C’est également vrai chez le bébé in utero, révèle cette étude de l’Université de Bâle. Ainsi, le stress maternel et la dépression pendant la grossesse pourraient activer certains mécanismes de protection chez les bébés. Comment ? En entraînant un certain nombre de modifications épigénétiques, parfois favorables… Des conclusions à lire dans la revue Social Cognitive and Affective Neuroscience, qui pourront rassurer les mères ayant traversé une grossesse difficile.

Ces psychologues de l'Université de Bâle en collaboration avec des collègues internationaux observent ici que l'augmentation des concentrations d'hormones de stress chez la mère et les symptômes dépressifs pendant la grossesse peuvent s'accompagner de changements épigénétiques chez l'enfant : l'étude a été menée chez 100 mères et leurs bébés pendant et après la grossesse. Les chercheurs ont recueilli le sang du cordon ombilical de 39 nouveau-nés et évalué les niveaux de cortisol, l'hormone du stress dans les échantillons de salive des mères. Enfin, les chercheurs ont évalué les événements stressants de la vie et la santé mentale des mères par questionnaires. Parmi les conséquences du stress et de la dépression maternels, des effets sur le gène du récepteur de l'ocytocine, une hormone impliquée dans l'attachement, le comportement social et l'adaptation au stress.


Stress maternel, résilience augmentée du bébé : Sous l'effet du stress maternel, l'expression de ce gène semble renforcée. Un mécanisme qui peut conférer au bébé, dans certains cas, une plus grande résilience pour faire face aux défis et aux adversités de la vie. L'activation de ce gène néanmoins, dépend -comme pour tout gène- des groupes méthyles qui se fixent sur l'ADN et vont fonctionner comme des commutateurs. Ici, les chercheurs constatent que les enfants de mères présentant une augmentation du stress et des symptômes dépressifs montrent une méthylation réduite du gène du récepteur de l'ocytocine à la naissance. Alors, le gène s'active plus facilement, ce qui conduit à une production plus élevé des récepteurs de l'ocytocine. Le lien mère-enfant, l'induction du travail et l'allaitement sont renforcés, le comportement social favorisé.

Une recherche sur la résilience qui n'en est qu'à ses débuts, mais qui apporte la première preuve qu'un environnement défavorable pendant la grossesse peut parfois être favorable à l'enfant, en préparant et en activant certains des mécanismes de protection. Un équilibre biologique certes très complexe.

April 22, 2016 doi: 10.1093/scan/nsw051 Maternal Adversities during Pregnancy and Cord Blood Oxytocin Receptor (OXTR) DNA Methylation

Lire aussi: STRESS: L'apprivoiser peut en faire un allié pour la santé

Plus de 50 études sur le Stress

Autres actualités sur le même thème