Actualités

PARENTALITÉ : 50 % des mères d'enfants autistes présentent des symptômes dépressifs

Actualité publiée il y a 2 mois 3 semaines 2 jours
Family Process
C’est un appel à des interventions de soutien auprès de ces mères d’enfants plus vulnérables et dont la parentalité peut parfois être synonyme de fardeau élevé (Visuel Fotolia)

Si cette étude de psychologues de l’Université de Californie - San Francisco (UCSF) alerte sur la santé mentale des mères d’enfants autistes, elle ne suggère pas pour autant que la dépression des mères aggrave les symptômes comportementaux des enfants. C’est donc plus un appel à des interventions de soutien auprès de ces mères d’enfants plus vulnérables et dont la parentalité peut parfois être synonyme de fardeau élevé.

 

L’étude a mesuré à plusieurs reprises la dépression maternelle et les problèmes de comportement des enfants chez 86 paires mère-enfant suivies durant 18 mois, la moitié des mères ayant des enfants atteints de TSA et l'autre moitié des enfants neurotypiques. Les enfants de l'étude étaient âgés de 2 à 16 ans, 75 % des enfants ayant l'âge du primaire ou moins. La dépression maternelle a été mesurée à l'aide de l’Inventory of Depressive Symptoms, une échelle d'auto-évaluation remplie par les mères. Le comportement de l'enfant a été mesuré par le rapport de la mère sur les comportements difficiles de l'enfant, notamment les crises de colère, l'agressivité et la défiance.

 

L’analyse révèle en effet que,

une mère sur 2 d'enfant atteint de TSA développe et présente des symptômes dépressifs.

Un risque donc de dépression élevé à mettre en regard d’une incidence bien plus faible, soit 6% à 14 % chez les mères d'enfants neurotypiques sur une même période. Alors que de précédentes études ont suggéré qu'avoir un parent souffrant de dépression augmente, chez l’enfant,  le risque de problèmes de santé mentale et de comportement plus tard dans la vie, l’étude révèle que ce n’est pas le cas chez ces enfants atteints de TSA.

 

« Nous observons que les symptômes de dépression les plus élevés des mères ne prédisent PAS une augmentation des troubles du comportement des enfants au fil du temps, y compris dans les familles avec un enfant autiste, qui subissent un stress élevé », précise ainsi l’auteur principal, Danielle Roubinov, professeur de psychiatrie à l'UCSF.

« Une conclusion surprenante et une bonne nouvelle »

Être le parent d'un enfant ayant des besoins spéciaux est difficile à vivre au quotidien, est une cause de stress chronique, c'est pourquoi ces données sur les mères d’enfants autistes ne sont pas vraiment surprenantes. Plus surprenante est la résilience de ces enfants au stress de leurs mères.

L’analyse constate que :

 

  • les mères souffrant de plus de dépression ont tendance à avoir des signes de vieillissement biologique plus rapide, des niveaux inférieurs de l'hormone anti-âge klotho et des cellules immunitaires plus âgées, en moyenne ;
  • les troubles du comportement des enfants prédisent des niveaux plus élevés de dépression maternelle au fil du temps, quel que soit la sévérité du TSA ;
  • cependant, l'effet inverse n’est pas observé : la dépression maternelle ne prédit pas de futurs problèmes de comportement de l'enfant autiste.

 

« La dépression maternelle ne conduit pas à une aggravation des symptômes de l’autisme chez l'Enfant », concluent les chercheurs qui souhaitent aussi rassurer les mères d'enfants atteints de TSA et atténuer la culpabilité que beaucoup de mères ressentent, une fois le diagnostic d’autisme posé.

 

« Nous espérons notre étude va rassurer les mères sur le fait qu'il est à la fois courant de lutter contre une forme de dépression dans cette situation de stress élevé et que la dépression maternelle n'aggrave pas les problèmes de comportement des enfants ».

 

Pourtant un environnement familial stressant peut se répercuter sur les membres de la famille et dégrader les relations entre la mère et l'enfant. Cependant le lien entre la santé mentale de la mère et de l'enfant apparaît différent dans ce contexte familial très stressant, lorsqu'un enfant est autiste.

 

C’est donc un appel à plus de soutien pour ces mères d’enfants autistes : « Étant donnés les effets du stress chronique sur la santé et l'humeur, les parents qui s'occupent d’enfants autistes ont besoin d'un soutien émotionnel "extraordinaire" en plus de services spécifiques pour leur enfant ».

Plus sur le Blog Neuro
Plus sur le Blog Pédiatrie

Autres actualités sur le même thème