Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

SYNDROME du CANAL CARPIEN : Un traitement non chirurgical qui le soulage en 15 minutes

Actualité publiée il y a 1 année 7 mois 2 semaines
RSNA
Un traitement non-chirurgical capable de soulager en 10 à 15 minutes le syndrome du canal carpien (Visuel Adobe Stock 352532652)

Un traitement non-chirurgical capable de traiter en 10 à 15 minutes le syndrome du canal carpien, est documenté par cette équipe de radiologues et de rhumatologues à l’occasion de la 108è Réunion annuelle de la Radiological Society of North America (RSNA). La procédure d'hydrodissection, une procédure utilisée pour d’autres indications, permet en effet un soulagement durable chez les patients atteints du syndrome du canal carpien.

 

Le syndrome du canal carpien est une forme de neuropathie par compression d’un des nerfs périphériques du canal situé du côté la face antérieure du poignet. Le syndrome survient lorsque les nerfs et tendons médians à l'intérieur du canal carpien, un passage étroit et rigide qui va de l'avant-bras à la paume de la main, sont compressés au niveau du poignet. Les principaux symptômes comprennent des picotements, un engourdissement et/ou une faiblesse des doigts et des mains. Le syndrome du canal carpien est l’une des formes les plus courantes de neuropathie de piégeage, avec une prévalence d’environ 3 % en population générale.

 

Le nouveau traitement documenté ici reste mini-invasif et procure, selon l’équipe, un soulagement complet et à long terme aux patients sans besoin de corticoïdes.

Une hydrodissection guidée par ultrasons et sans corticoïdes

La chirurgie est souvent nécessaire pour traiter le syndrome du canal carpien lorsque les méthodes non chirurgicales, telles que la physiothérapie ou les injections de corticoïdes, sont inopérantes. La méthode chirurgicale la plus courante consiste à couper le ligament carpien pour réduire la pression sur le nerf médian. Cette chirurgie implique une incision dans le poignet.

 

La technique d’hydrodissection permet de traiter efficacement ce type de compression nerveuse sans nécessiter de chirurgie ni de corticoïdes. Elle consiste à injecter un liquide, généralement une solution saline, dans le nerf pour le séparer des tissus environnants et sous guidage échographique. Jusque-là, l'hydrodissection guidée par ultrasons pour le syndrome du canal carpien utilisait des corticoïdes seuls ou dans le cadre de l'injection, ce qui rendait difficile d'évaluer si l'hydrodissection seule était bénéfique ou si ses résultats étaient dus à l'effet des stéroïdes. L’équipe révèle donc l’efficacité l'hydrodissection guidée par ultrasons sans corticoïdes.

 

L’essai contrôlé randomisé est mené auprès de 63 patients souffrant du syndrome du canal carpien. Des échelles reconnues (le Boston Carpal Tunnel Questionnaire : BCTQ et le Visual Analog of Pain : VAS ou EVA) ainsi que l’échographie du nerf médian ont été utilisées pour évaluer la douleur et les symptômes du patient avant et après la procédure. Les 63 patients ont été répartis en 3 groupes, le 1er ayant reçu une hydrodissection guidée par ultrasons avec juste une injection saline, le 2è une hydrodissection guidée par ultrasons avec une solution avec corticoïde, le 3è groupe a juste reçu une injection de corticoïde guidée par échographie mais sans hydrodissection. Les patients ont été évalués à 4, 12 semaines et 6 mois.

 

  • A 4 semaines, les 3 groupes de participants ont présenté une réduction des niveaux de douleur ;
  • à 12 semaines et 6 mois, les deux groupes ayant reçu une hydrodissection guidée par échographie montrent une amélioration supplémentaire ;
  • le groupe n’ayant reçu qu'une injection de corticoïde a signalé une récurrence des symptômes et une augmentation des scores BCTQ et VAS.
  • Enfin, l’échographie met en évidence une réduction significative de la section transversale du nerf médian dans les deux groupes traités par hydrodissection. Le groupe 1 a bénéficié d’une réduction de 43% et le groupe 2 de 46%. Le groupe 3 (corticoïdes) d’une réduction de seulement de 11 %.

 

Une procédure courte et minimalement invasive : la procédure ne prend que 10 à 15 minutes, est peu coûteuse car ne nécessite aucun équipement sophistiqué et apporte aux patients un soulagement durable, conclut l’un des auteurs principaux, le Dr Anupama Tandon, professeur à l'hôpital Guru Teg Bahadur.

 

« Les patients se déclarent très satisfaits, aucune anesthésie ou hospitalisation n'est nécessaire et ils peuvent reprendre leur travail ou leurs activités 1 heure plus tard ».


Plus sur le Blog Fibromyalgie

Autres actualités sur le même thème

ABONNEMENT PREMIUM

Accédez sans limite à plus de 15 000 actualités