Vous recherchez une actualité
Actualités

TABAGISME : Décès cardiaque multiplié par 3 chez les fumeurs qui commencent jeunes

Actualité publiée il y a 12 mois 11 heures 32 min
JAHA
Les fumeurs actuels encourent un risque de décès prématuré par maladie cardiovasculaire multiplié par 3 par rapport aux personnes qui n'ont jamais fumé (Visuel AdobeStock_330968902)

On retiendra de ce rapport de l’Université d’Oxford, publié dans le Journal of American Heart Association (JAHA) que les fumeurs actuels encourent un risque de décès prématuré par maladie cardiovasculaire multiplié par 3 par rapport aux personnes qui n'ont jamais fumé. Et ce risque est encore plus élevé chez ceux qui ont commencé jeunes.

 

Il faut également rappeler que le tabagisme fait plus de millions de décès chaque année dans le monde. Alors que de précédentes recherches ont identifié une corrélation entre le tabagisme chez les enfants et les jeunes et un risque plus élevé de décès prématuré dans l'ensemble, cette nouvelle étude a regardé si ce lien était généralisable à d'autres groupes de populations.

L’âge de début du tabagisme est un facteur déterminant du risque de décès cardiovasculaire

Il s’agit d’une analyse des données américaines de décès par maladie cardiovasculaire et cette analyse aboutit à des conclusions sans appel : « Il est surprenant de voir à quel point ces résultats sont cohérents avec nos précédentes recherches ainsi qu’avec d'autres études menées dans le monde, au Royaume-Uni, en Australie et au Japon. Cette concordance des résultats vaut à la fois en termes de risques associés au tabagisme et à la santé mais aussi d’avantages associés à l’arrêt du tabac », confirme l'auteur principal, le Dr Blake Thomson, épidémiologiste à l'Université d'Oxford.

 

Cette analyse de données collectées entre 1997 et 2014, à partir de l'enquête annuelle nationale américaine sur la santé, des antécédents médicaux et des modes de vie des fumeurs et des non-fumeurs a inclus 390.929 adultes, âgés de 25 à 74 ans à 56% de femmes. Les fumeurs occasionnels ont été exclus et les fumeurs actuels ont été regroupés selon l'âge auquel ils ont commencé à fumer. Au cours de la période de suivi, 4.479 participants sont décédés avant l'âge de 75 ans d'une maladie cardiaque ou d'un accident vasculaire cérébral. Après ajustement des facteurs de confusion possibles telles que l'âge, l'éducation, la consommation d'alcool, le lieu du domicile, l’origine ethnique, l’analyse constate :

  • 58% des participants n’avaient jamais fumé, 23% étaient d'anciens fumeurs et 19% étaient des fumeurs actuels ;
  • chez les fumeurs actuels, 2% avaient commencé à fumer avant l'âge de 10 ans et 19% avaient commencé à fumer entre 10 et 14 ans ;
  • les fumeurs qui ont arrêté de fumer à l'âge de 40 ans ont réduit leur augmentation de risque de décès prématuré (liée au tabagisme) par maladie cardiovasculaire d'environ 90% ;
  • cesser de fumer à tout âge apporte des avantages, mais

plus tôt une personne arrête, mieux c'est.

Par rapport aux participants qui n’ont jamais fumé :

  • les fumeurs qui ont cessé de fumer entre 15 et 34 ans encourent à peu près le même risque de décès de maladie cardiaque ou d'accident vasculaire cérébral ;
  • ceux qui ont arrêté entre 35 et 44 ans, un risque accru d'environ 20% ;
  • ceux qui ont arrêté entre 45 et 54 ans, un risque accru d’environ 60%;
  • ceux qui ont cessé de fumer entre 55 et 64 ans, un risque accru d’environ 70%;
  • les fumeurs actuels, un risque multiplié par 3 !

 

L'âge auquel une personne commence à fumer est un facteur crucial et souvent négligé, et ceux qui commencent à fumer à un jeune âge encourent un risque particulièrement élevé de mourir prématurément d'une maladie cardiovasculaire. Cependant, cesser de fumer peut considérablement réduire ce risque, en particulier pour les personnes qui cessent de fumer également à un âge plus jeune.

 

Cette étude ajoute à l'ensemble des preuves selon lesquelles commencer à fumer à un plus jeune âge peut augmenter considérablement le risque de décès par maladie cardiovasculaire : « Empêcher la prochaine génération de fumer peut sauver des vies, mais nous devons également communiquer sur le fait que cesser de fumer peut sauver des vies maintenant et dans les années à venir. En termes simples, les politiques de santé devraient non seulement prévenir le tabagisme chez les jeunes mais aussi mieux communiquer sur les avantages de l’arrêt du tabac ».

 

Des recherches supplémentaires vont être menées pour mieux comprendre les mécanismes par lesquels le tabagisme prolongé depuis l'enfance affecte si puissamment le risque cardiovasculaire.

Autres actualités sur le même thème