Vous recherchez une actualité

Actualités

TROUBLE BIPOLAIRE : Des biomarqueurs différents chez les hommes et chez les femmes

Actualité publiée il y a 1 année 3 semaines 5 jours
Psychiatry Research
Le trouble bipolaire est un trouble de l'humeur chronique qui affecte environ 1 à 4% de la population

Les manifestations du trouble bipolaire sont différentes chez les hommes et chez les femmes. Les hommes et les femmes réagissent également différemment aux marqueurs de la réponse du système immunitaire au trouble bipolaire, selon cette étude internationale menée à la Penn Medicine. Des résultats qui suggèrent possibles non seulement le diagnostic biologique du trouble bipolaire mais aussi son traitement mieux personnalisé, selon le sexe des patients.

Le trouble bipolaire est un trouble de l'humeur chronique qui affecte environ 1 à 4% de la population. Les patients atteints de troubles bipolaires présentent des épisodes de manie ou de dépression, 2 caractéristiques majeures du trouble, mais différemment et peuvent présenter également des comorbidités différentes : les femmes atteintes de trouble bipolaire sont plus susceptibles que les hommes de vivre des épisodes dépressifs et anxieux, de souffrir de trouble du stress post-traumatique, de migraines et de troubles de l'humeur liés à une mauvaise qualité de sommeil. Parce que le trouble bipolaire se manifeste différemment chez les femmes et chez les hommes, les chercheurs ont émis l’hypothèse de processus biologiques sous-jacents différents selon le sexe des patients.

 

Activation du système immunitaire et inflammation du cerveau : pendant les épisodes bipolaires, le système immunitaire est activé et cette activation du système immunitaire provoque une inflammation nocive de bas grade dans le cerveau. En cas de crise maniaque ou d’épisode dépressif, certaines zones du cerveau sont ainsi affectées, dont l'hippocampe, une zone impliquée dans la formation de la mémoire, qui se rétrécit. Les connexions entre différentes zones cérébrales sont également affectées. Enfin, le système immunitaire fonctionne différemment chez les femmes et les hommes.

2 marqueurs sanguins majeurs, zinc et néoptérine : L'étude a mesuré dans le sang de 27 patients hospitalisés, femmes et hommes, présentant un épisode maniaco-dépressif majeur, les niveaux de zinc et de néoptérine, 2 facteurs du système immunitaire. Les concentrations sanguines ont été comparées à celles d'un groupe de 31 témoins sains. Le zinc et la néoptérine ont précédemment été associés à des processus inflammatoires. La néoptérérine est un marqueur immunitaire sécrété par les globules blancs lorsque le système immunitaire est activé, tandis que le zinc est nécessaire au bon fonctionnement du système immunitaire. L’analyse constate :

-des niveaux inférieurs de zinc dans le sang des patients atteints vs témoins en bonne santé ;

-aucune différence n’est constatée en revanche dans les niveaux de néoptérine entre les deux groupes ;

-lorsque l’équipe prend en compte la sévérité du trouble bipolaire, des différences entre les patients hommes et femmes commencent à émerger :

-la maniaco-dépression des femmes est plus sévère en cas de concentrations plus élevées de zinc dans le sang, un résultat plutôt surprenant alors que la carence en zinc a été associée à la dépression par de précédentes études ;

-la maniaco-dépression est plus sévère chez les hommes en cas de concentrations plus élevées de néoptérine -des données qui au demeurant ne doivent pas inciter à prendre une supplémentation-.

Une explication possible est que les niveaux élevés de zinc dans le sang pourraient indiquer des niveaux inférieurs dans le cerveau…

Ces premières données désignent donc des marqueurs sanguins permettant d’apprécier la sévérité du trouble de manière personnalisée chez les hommes et chez les femmes, concluent les chercheurs.

Autres actualités sur le même thème

Pages