Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

TROUBLES de l’HUMEUR : Les traiter avec de nouveaux composés psychotropes ?

Actualité publiée il y a 1 année 6 mois 1 semaine
Neuroscience 2022
Comment les dérivés de la psilocybine et du cannabis peuvent-ils soulager les troubles de l'humeur et de l'anxiété ?  (Visuel Adobe stock 485714381)

Comment les dérivés de la psilocybine et du cannabis peuvent-ils soulager les troubles de l'humeur et de l'anxiété ? Alors que le besoin de nouveaux traitements pour les maladies mentales comme la dépression et l'anxiété est énorme, que les médicaments disponibles peuvent induire des effets indésirables, les médecins élargissent progressivement «  la boîte à outils thérapeutiques » en évaluant les propriétés antidépressives et anxiolytiques de substances telles que la psilocybine et le cannabis. De nouvelles données, présentées lors de la Réunion scientifique Neuroscience 2022 de la Society for Neuroscience suggèrent le grand intérêt de ces « nouveaux » composés.

 

Les troubles de l'humeur font partie des maladies mentales les plus fréquemment diagnostiquées. Les traitements médicamenteux actuels pour ces troubles comprennent les modulateurs de la sérotonine et les benzodiazépines, mais ils mettent du temps à faire effet et lorsque c’est le cas, ils entraînent des effets secondaires indésirables. De plus, de nombreux patients souffrant de dépression ne répondent pas à ces traitements.

Les traitements dérivés de la psilocybine et du cannabis apparaissent prometteurs

pour traiter toute une gamme de troubles de la santé mentale.

 

Parmi les principales conclusions documentées lors de la Réunion :

 

  • les effets d’altération de la conscience de la psilocybine ne semblent pas en cause ou impliqués dans sa capacité anxiolytique et antidépressive (Dr Katherine M. Nautiyal, Dartmouth College) ;
  • une étude menée chez la souris révèle que les symptômes de dépression et d'anxiété consécutifs à un stress chronique peuvent être réduits via l’administration d’une protéine dans le système endocannabinoïde du cerveau (Dr Steven R. Laviolette, Université Western Ontario) ;
  • la consommation chronique de cannabis est associée à une amélioration de certaines fonctions cognitives chez les personnes atteintes de trouble bipolaire. (Dr Alannah Miranda, Université de Californie, San Diego).

 

Ainsi, la psilocybine et le cannabis présentent des « avantages thérapeutiques possibles », conclut Lisa Monteggia, chercheur en neurologie au Vanderbilt Brain Institute, un expert des mécanismes d’action des antidépresseurs.

 

« Nous avons la preuve croissante que ces composés peuvent offrir de nouvelles voies thérapeutiques pour de nombreux problèmes de santé mentale ».


Plus sur le Blog Neuro

Autres actualités sur le même thème