Actualités

TROUBLES NEUROLOGIQUES : Des nanoparticules magnétoélectriques pour réveiller les zones lésées

Actualité publiée il y a 1 année 1 mois 5 jours
Neurotherapeutics
Maux de tête, lésions cérébrales traumatiques, épilepsie, maladie de Parkinson, maladie d'Alzheimer et plus encore, ce type de stimulation non invasive qui fait déjà l’objet de nombreuses recherches, promet un très large spectre d’indications dans le traitement des troubles neurologiques (Visuel NIH-ABBOTT)

Maux de tête, lésions cérébrales traumatiques, épilepsie, maladie de Parkinson, maladie d'Alzheimer et plus encore, ce type de stimulation non invasive qui fait déjà l’objet de nombreuses recherches, promet un très large spectre d’indications dans le traitement des troubles neurologiques. Cette forme de stimulation magnétique, développée par des neurologues de l'Université de l'Indiana, et documentée dans la revue Neurotherapeutics, utilise un nouveau type de nanoparticules magnétoélectriques qui peuvent être délivrées à une partie spécifique du cerveau à l'aide d'un champ magnétique. Ensuite, une onde magnétique est émise pour stimuler l'activité neuronale dans cette partie lésée ou dysfonctionnelle du cerveau. Bref, une stimulation hyperciblée.

 

La méthode est non invasive mais stimule la fonction cérébrale profonde et est, selon ces données, plus efficace que les méthodes traditionnelles de stimulation cérébrale. L’auteur principal, le Dr Xiaoming Jin, PhD, professeur agrégé d'anatomie, de biologie cellulaire et de physiologie décrit la stimulation cérébrale comme un des grands axes d’espoir et de progrès dans le traitement des maladies neurologiques, avec un impact futur important à la fois pour les médecins et leurs patients.

La perspective prometteuse d'une thérapie non invasive, non médicamenteuse et presque « universelle »

Quel mécanisme ? Lorsqu'une personne subit une lésion cérébrale, une lésion nerveuse ou une neurodégénérescence, comme dans le cas de l'épilepsie ou encore d’une lésion cérébrale traumatique, les dommages au cerveau peuvent entraîner une perte de nerfs et/ou de neurones et le développement d'une hyperexcitabilité qui sous-tend le développement de troubles et de symptômes neurologiques tels que la douleur neuropathique et l'épilepsie. Le traitement conventionnel consiste alors principalement à tenter d'inhiber directement l’hyperexcitabilité. Ici, les scientifiques « s’attaquent » directement à la perte de tissu cérébral, qui contraint le système nerveux à compenser en travaillant plus fort, et donc cherchent à stimuler l'activité de la zone lésée.

 

Une stimulation par nanoparticules magnétoélectriques : ces particules sont délivrées à la zone ciblée du cerveau à l'aide d'un champ magnétique. Ensuite, une onde magnétique vient stimuler l'activité neuronale dans la zone ciblée. La méthode, non invasive, stimule la fonction cérébrale profonde sans nécessiter de manipulation génétique (comme l’optogénétique). Ce nouveau type de nanoparticule permet de stimuler efficacement le cerveau sans faire de procédures invasives, expliquent les auteurs.

 

« Nous injectons la nanoparticule sous forme de solution dans la veine, puis nous l’orientons vers n'importe quelle partie du corps, dont la tête… ».

 

Cette méthode, encore au stade expérimental, mais prometteuse, car non invasive, non médicamenteuse et presque « universelle », est le résultat de 5 années de travail de l’équipe, avec des collègues de nombreux instituts de recherche américains.

Autres actualités sur le même thème

ABONNEMENT PREMIUM

Accédez sans limite à plus de 15 000 actualités