Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

URGENCES : Mais pourquoi de plus en plus d'attente ?

Actualité publiée il y a 10 mois 3 semaines 3 jours
JAMA Network
L'allocation des ressources aux services d'urgence n'a pas suivi la demande des patients au cours de la dernière décennie, ni en capacité, ni en expertise (Visuel Fotolia 176280911).

Pourquoi les temps d'attente aux Urgences continuent-ils à s'allonger ? Cette étude, menée dans les établissements californiens, apporte de grandes constantes, avec des implications quel que soit le pays : l’équipe de cliniciens de l’Université de Californie - San Francisco rapporte ainsi que l'allocation des ressources aux services d'urgence n'a pas suivi la demande des patients au cours de la dernière décennie, ni en capacité, ni en expertise.

 

Il s’agit de la première étude de modélisation de la médecine d'urgence menée dans un pays riche, et cette analyse constate que le nombre de services d'urgence a diminué de près de 4 % sur ces 10 dernières années, alors que le nombre de visites aux Urgences a augmenté de 7,4 %. Autre facteur de ces attentes prolongées, des situations cliniques en moyenne plus compliquées : ainsi le nombre de cas « très graves » se présentant aux Urgence a augmenté de près de 68 % alors que le nombre de cas plus bénins a diminué de 63 %.

 

« Nous savons qu'il y a surpeuplement dans les services des Urgences » commente l'auteur principal le Dr Renee Y. Hsia, professeur de médecine d'urgence à l'UCSF : « On a largement échoué à adapter les ressources et la capacité à l'augmentation de la demande des patients ».

La demande des patients aux Urgences a changé

Dans un contexte de changement plus large, en particulier avec la pandémie, des systèmes de santé, les services d'urgence doivent pouvoir continuer à jouer leur fonction vitale dans le système. Les services d'urgence sont tenus de traiter tous les patients, quelle que soit leur capacité financière, et doivent fonctionner comme un filet de sécurité pour tous, y compris pour les patients non assurés. Dans la réalité, beaucoup d’usagers plus démunis utilisent les services des Urgences pour recevoir des soins primaires, qu’ils ont trop longtemps reportés.

 

L’étude analyse ici les données du California Department of Health Care Access enregistrées de 2011 à 2021. La gravité des situations cliniques associées aux visites aux Urgences a été classée en 5 niveaux par gravité croissante (mineure, faible à modérée, modérée, grave sans danger et grave avec danger ).

 

  • durant cette période, la population de référence a augmenté de 4,2 %, mais le nombre de services est passé de 339 à 326 et le nombre de lits d'hôpitaux a diminué de 2,5 % ;
  • le nombre de lits d'hôpitaux, de services des Urgences, de postes de traitement dans ces services, le nombre de centres de traumatologie n’ont pas suivi l’augmentation du nombre de visites et la demande de soins ;
  • précisément, de 2011 à 2019, le nombre annuel de visites aux urgences a augmenté de 23,4 %, il a diminué de 13 % en 2021 donc globalement, de 2011 à 2021, il a progressé de 7,4 % ;
  • le fardeau des services des Urgences s’est donc considérablement alourdi au cours de ces 10-15 années ;
  • le nombre de visites qualifiées de « graves avec danger » a également considérablement augmenté, de 67,8 % d 2011 à 2021 ;
  • le nombre de visites qualifiées de mineures ont diminué de 63 % sur la même période.

 

Ainsi, les 2 caractéristiques majeures de capacité et d’expertise n’ont pas suivi la demande patients : des résultats qui peuvent sembler « évidents » mais qui peuvent sensibiliser les décideurs en termes d'allocation des ressources de soins de santé.

Autres actualités sur le même thème