Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

USAGE de SUBSTANCES : Très sous-estimé, nous dit l’analyse des cheveux

Actualité publiée il y a 1 année 3 mois 1 semaine
The American Journal of Drug and Alcohol Abuse
L'analyse des cheveux montre que la consommation de substances chez les jeunes pourrait être 2 fois plus élevée que l’estiment les études en général (Visuel Adobe Stock 234264784)

L'analyse des cheveux montre que la consommation de substances chez les jeunes pourrait être 2 fois plus élevée que l’estiment les études en général. Ces addictologues de l'Université de Californie, San Diego, qui publient leurs données dans l’American Journal of Drug and Alcohol Abuse recommandent que les futures recherches combinent les résultats d’enquête et les résultats d’analyse.

 

L'analyse des cheveux pourrait être une clé pour mieux comprendre et suivre la consommation de substance (alcool et tabac compris) chez les adolescents. La recherche suggère que l'analyse des cheveux dépasse de loin la précision des enquêtes. « Il est essentiel de bien évaluer et de mieux comprendre la consommation de substances chez les adolescents », précise l’auteur principal, Natasha Wade, professeur de psychologie à l'Université de Californie : on estime ainsi la prévalence de la consommation de cannabis à 5 % chez les jeunes âgés de 13 à 14 ans au cours de l’année précédente, à 26 %, celle de la consommation d'alcool et de nicotine, entre autres substances.

Combiner 2 méthodes, l’enquête et l’analyse des cheveux

L’étude menée auprès de 1.390 enfants âgés de 9 à 13 ans révèle ainsi une augmentation de 9 % de la consommation de substances, lorsque les chercheurs prennent en compte les résultats de l'analyse des cheveux, en plus de leurs résultats d’enquête. Les participants ont été interrogés sur leur consommation de différentes substances au cours de l’année écoulée et des échantillons de cheveux ont été prélevés et analysés.

 

  • A l’enquête, 10 % des jeunes participants ont répondu par l'affirmative ;
  • les analyses capillaires ont également montré que 10 % des adolescents étaient globalement positifs pour au moins 1 substance, dont 6,1 % pour les cannabinoïdes, 1,9 % pour l'alcool, 1,9 % pour les amphétamines et 1,7 % pour la cocaïne ;
  • cependant, les participants ayant déclaré avoir consommé n'étaient pas les mêmes que ceux testés positifs : 136 ont déclaré avoir consommé une substance, chez 145 l’analyse des cheveux était positive pour au moins 1 substance et des correspondances n'ont été trouvées que pour 23 participants ;
  • l'analyse des cheveux révèle globalement 9 % de cas supplémentaires de consommation de substances en plus de l'autodéclaration seule, ce qui double pratiquement
  • le nombre d'utilisateurs identifiés finalement à 19 % de l’échantillon.

 

Des chiffres jugés très inquiétants par les addictologues, car l'adolescence est une période critique de développement du cerveau, et l’usage de cannabis à l’adolescence a déjà été lié à toute une série de résultats négatifs dans la vie, notamment de mauvais résultats scolaires, des problèmes de santé mentale et des modifications du fonctionnement et du développement du cerveau.

 

« Il s’agit d’un biais de longue date dans la recherche sur la consommation de substances, en particulier chez les enfants et les adolescent. L'autodéclaration a ses avantages, par exemple les jeunes peuvent être plus disposés à divulguer une consommation d'une nouvelle substance à un faible niveau, alors, plutôt que de supprimer complètement l'autodéclaration, une image plus précise de la consommation de substances chez les adolescents peut être obtenue en combinant les 2 méthodes ».

Plus sur le Blog Addictions

Autres actualités sur le même thème