Vous recherchez une actualité
Actualités

VACCIN anti-COVID-19 : Une immunité naturelle prometteuse chez le macaque

Actualité publiée il y a 6 mois 1 semaine 1 jour
Nature Communications
Cette étude menée chez le macaque suggère une immunité naturelle durable après l'infection, sont également prometteuse pour le succès des vaccins contre le COVID-19 (Visuel Adobe Stock 370978227)

Cette étude menée par une équipe de Université de Californie-Davis, sur les macaques rhésus, nous apporte un autre mode d’évaluation de l'immunité naturelle : exposés au virus SARS-CoV-2, ces macaques développent ici une réponse immunitaire prometteuse, avec notamment le développement de centres germinatifs *. Ces données, présentées dans la revue Nature Communications, qui confirment une immunisation durable par l'infection, sont également prometteuses pour le succès de certains vaccins contre le COVID-19.

 

On publie peu d'études animales sur le sujet, pourtant ces études sont tout aussi indispensables pour identifier de manière concluante les marqueurs de la protection, et en nous indiquant ainsi quelles cellules immunitaires déclenchées par le vaccin seront bien protectrices contre l’infection. Comprendre les déterminants immunitaires de la protection contre les infections est essentiel pour améliorer l'efficacité des vaccins.

Dans cette étude, des macaques rhésus infectés par le coronavirus humain SARS-CoV-2 ont développé des réponses immunitaires protectrices, pouvant être reproduites avec un vaccin. « Ces résultats suggèrent que les vaccins induisant une immunité protectrice durable contre le SRAS-CoV-2 le font en stimulant des réponses robustes des centres germinatifs », explique Smita Iyer, professeur de pathologie, de microbiologie et d’immunologie à l'École de médecine vétérinaire UC Davis.

Des signes, chez le macaque rhésus d'une réponse immunitaire efficace

La réponse immunitaire au coronavirus joue globalement un rôle protecteur positif dans la récupération de la maladie cependant, dans certains cas, la réponse immunitaire est incontrôlée ; c’est la «tempête de cytokines» impliquée dans des complications sévères qui peuvent mener au décès. L’équipe a infecté 8 macaques rhésus avec le virus SARS-CoV-2 isolé du premier patient humain traité à l’UC Davis. Les chercheurs ont ensuite suivi les réponses immunitaires chez les animaux pendant 2 semaines. Les animaux ont présenté une forme bénignerapidement résolue ou une forme asymptomatique avec une réponse immunitaire brève et transitoire.

  • Tous les animaux ont présenté tous les signes de production d'une réponse immunitaire efficace à l’infection virale ;
  • tous les animaux ont fabriqué un type de cellule auxiliaire appelée cellules Th1 dans le sang, les poumons et les ganglions lymphatiques, et ont produit à la fois des anticorps de type IgM et des anticorps IgG associés à une protection immunitaire à long terme ;

 

*des structures appelées centres germinatifs ou « réservoirs » transitoires ici de lymphocytes T folliculaires (ou cellules Tfh) : tous les animaux ont également développé ces centres germinatifs et les cellules Tfh, associés à la génération de plasmocytes (qui restent dans le corps pendant de nombreuses années pour produire des anticorps). Ces plasmocytes permettent donc au système immunitaire de «se souvenir» et de réagir aux infections survenues des années ou des décennies auparavant.

 

Ces résultats soutiennent l’hypothèse que des vaccins qui induisent des réponses Th1-Tfh soutiendront efficacement l'immunité contre SARS-CoV-2.