Actualités

VACCIN COVID : Un adjuvant universel qui mobilise tout le système immunitaire

Actualité publiée il y a 10 mois 3 jours 11 heures
Science Immunology
En mobilisant plusieurs parties du système immunitaire, cet adjuvant « universel » combiné, saponine/ agoniste de TLR  pourrait considérablement accroître la capacité de protection des vaccins (Visuel NCI)

Les scientifiques du La Jolla Institute for Immunology (LJI) et du Massachusetts Institute of Technology (MIT) ont trouvé le moyen possible d'améliorer l'efficacité des vaccins COVID-19 et de tout vaccin d’ailleurs. En mobilisant plusieurs facettes du système immunitaire, cet adjuvant « universel » combiné, saponine/ agoniste du TLR et documenté dans la revue Science Immunology, pourrait considérablement accroître la capacité de protection de nombreux vaccins.

 

« C'est super excitant », déclare l’un des auteurs principaux, le professeur LJI Shane Crotty, La Jolla Institute. Il rappelle que les vaccins fonctionnent en montrant au système immunitaire humain juste un petit morceau d'un agent pathogène. Le système immunitaire voit cet « antigène » et commence à fabriquer les cellules immunitaires et les anticorps nécessaires pour combattre le vrai virus. Cependant, les antigènes agissent rarement seuls.

 

Les scientifiques utilisent des particules appelées adjuvants dans la conception de la plupart des vaccins. Ces adjuvants agissent comme des signaux d'alarme qui amènent le système immunitaire à réagir plus fortement à l'antigène et à développer les cellules T et les cellules B qui protègent ensuite le corps durant des années

Avec les vaccins innovants, le besoin de nouveaux adjuvants

Aujourd’hui, seuls quelques adjuvants ont été homologués pour une utilisation chez l'Homme. « De nouveaux adjuvants qui aident à stimuler des aspects particuliers de l'immunité à médiation par les anticorps ou les cellules T peuvent être un élément important du développement réussi de vaccins contre des agents pathogènes difficiles tels que le VIH, la tuberculose et le paludisme », mais aussi le SARS-CoV-2.

 

L’adjuvant en question, SNMP, est une combinaison saponine/agoniste du TLR, car les 2 molécules se sont déjà révélées prometteuses lorsque testées séparément :

 

  • les adjuvants à la saponine se sont avérés sûrs et sont déjà approuvés pour une utilisation dans le vaccin Shingrix contre le zona ;
  • les agonistes du TLR sont connus pour stimuler la réponse immunitaire innée, le système qui détecte le premier un antigène. Il existe de nombreux types d'agonistes du TLR, ici les chercheurs ont choisi de tester un agoniste du TLR4 appelé MPLA. Cette molécule se joint naturellement aux molécules de saponine pour former des nanoparticules de saponine/MPLA.

 

Une preuve de concept in vivo : des expériences sur des souris montrent que :

 

  • un adjuvant de saponine déclenche une forte réponse des centres germinatifs du corps, des structures dans les ganglions lymphatiques qui permettent la prolifération des cellules B ;
  • un adjuvant à base de saponine conduit également à de meilleures réponses d'anticorps à cellules T et à commutation de classe (qui permettent aux anticorps de changer de cible au fur et à mesure qu'ils se développent), par rapport à une gamme d'adjuvants déjà homologués ;
  • la saponine fait la différence en favorisant le drainage lymphatique ou le déplacement du liquide lymphatique dans les ganglions lymphatiques, un signal d’alerte pour les cellules immunitaires du corps de la présence d'un agent pathogène ;
  • si l'adjuvant saponine seul conduit déjà à une bonne réponse chez la souris, l'agoniste du TLR constitue bien l'arme secrète de ce nouvel adjuvant combiné : les scientifiques en apportent la démonstration en observant la réaction du système immunitaire lorsque les 2 adjuvants sont combinés à une protéine du VIH (ou vaccin candidat fourni par le Center for HIV/AIDS Vaccine Immunology & Immunogen Discovery (CHAVI-ID) de Scripps Research).

 

SNMP, un adjuvant à large spectre : les scientifiques montrent que l’adjuvant combiné SMNP active différentes parties du système immunitaire : alors que la saponine et l'agoniste du TLR font chacun leur travail, leur combinaison incite également, par un effet synergique, le système immunitaire à fabriquer plus de types de cellules folliculaires auxiliaires T et plus d'interleukine-21, une molécule antivirale, ce qui renforce encore la réponse immunitaire. La combinaison permet davantage de cellules B, et pour que les cellules B produisent des anticorps, elles ont besoin de l'aide de ces cellules folliculaires auxiliaires T.

 

SMNP se montre sûr et efficace : si d’autres essais cliniques doivent encore être menés pour confirmer ces données chez l’Homme, SMNP promet déjà de nombreuses applications.

 

« En particulier, SMNP pourrait être un excellent adjuvant au vaccin Novavax COVID-19,

qui utilise actuellement un adjuvant protéique plus traditionnel ». SMNP pourrait également contribuer au développement d’un vaccin efficace contre le VIH"…

Autres actualités sur le même thème